L'Agence France Trésor crée une nouvelle OATi de maturité 15 ans

le 11/02/2008

ABN Amro, Royal Bank of Scotland, BNP Paribas, Calyon et Natixis ont été désignés chefs de file de l’opération qui aura une taille « benchmark »

Conformément au programme de financement de l’Etat français pour 2008 publié en décembre 2007, l’Agence France Trésor (AFT) a annoncé vendredi la création d’une nouvelle obligation, indexée sur l’indice français des prix à la consommation, hors tabac (OATi) et de maturité 15 ans. Alors que les modalités de cette OATi 2023 seront annoncées ultérieurement, la ligne obligataire sera émise par syndication dans les prochaines semaines, en fonction des conditions de marché et pour une taille « benchmark ».

« La création de la nouvelle OATi 15 ans s'inscrit dans une politique de développement de la courbe des indexées françaises, en plaçant un point intermédiaire entre l'OATi 2017 et l'OATi 2029, explique-t-on à l'AFT. Il est de coutume d'opter pour une syndication dès lors qu'il s'agit d'un titre indexé long. » ABN Amro, Royal Bank of Scotland, BNP Paribas, Calyon et Natixis ont été désignés chefs de file de l’opération, et l’ensemble des spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) feront partie du syndicat bancaire.

« Nous sommes très confiants sur le placement. Le développement du marché des titres indexés, pas seulement en France, rend les investisseurs plus que jamais familliers avec de tels instruments », ajoute-t-on à l'AFT. Surtout, le contexte actuel est particulièrement propice à ce genre de produit qui bénéficie de la demande pour les couvertures de livrets liés aux taux administrés.

A fin décembre 2007, l’encours des OATi 2017 et 2029 s’élevait respectivement à 14,7 et 7,9 milliards. « En septembre 2005, l’AFT, qui venait de créer l’OATi 2017, a émis 3,7 milliards d’euros. Pour l’OATi 2023, on peut s’attendre à ce qu’elle en place autour de 3 milliards d'euros, estime Christophe Dehondt, gérant obligataire chez CPR AM. Le nouveau titre indexé à 15 ans offre surtout une belle protection contre l’inflation à un coût attractif, son taux nominal équivalent pouvant avoisiner 4,30 %, se décomposant en un taux réel de 2,15 % avec une inflation anticipée par le marché proche de 2,15 %, ce qui rend ce papier très attractif. Cette nouvelle maturité 15 ans sur la courbe des titres indexés sur l'inflation française devrait intéresser les assureurs et les fonds de pensions. » L'émission améliorera aussi le jeu de la concurrence, la Grèce, l’Allemagne et surtout l’Italie étant actives sur cette partie de la courbe des taux.

A lire aussi