ICD annonce l'acquisition des activités de location de Colonial

le 12/03/2008

Après avoir échoué dans le rachat complet du groupe espagnol, le fonds souverain reprend le pôle location de bureau pour 1,19 euro par action

Alors que la date butoir avait été dépassée, Investment Corporation of Dubai (ICD) et Colonial sont parvenus à un accord. Toutefois, le fonds souverain ne rachètera pas le groupe ibérique dans son ensemble mais seulement les activités de location. ICD a annoncé qu’il allait acquérir le pôle location du groupe immobilier, valorisé entre 9 et 11,6 milliards de dollars, en proposant 1,19 euro en cash par action, mais fortement endetté. Les principaux actionnaires du groupe espagnol ont déjà accepté cette offre, alors qu’ils ont en théorie jusqu’au 19 mars pour se prononcer. La solution offerte par ICD est «inhabituelle mais conforme avec ce qui est normal sur le marché en Europe» a déclaré un porte parole de Colonial. Il faut dire que la proposition d’ICD fait ressortir une prime de 21% par rapport au cours de clôture d’hier alors que le titre a déjà perdu 81% de sa valeur depuis un an.

Cela faisait plus d’un mois que des discussions étaient en cours entre les deux parties sur une possible reprise totale ou partielle. Le fonds avait proposé 1,85 euro par titre lors de sa précédente offre portant sur l’ensemble des actifs de Colonial. ICD souhaite ainsi se positionner sur le marché immobilier espagnol et tirer profit de la situation actuelle de ce secteur.

Toutefois, cette proposition du fonds de Dubai reste conditionnée par plusieurs éléments. Tout d’abord, l’acquisition ne se fera qu’après la scission du groupe espagnol en deux, les activités de location de bureau d’un côté, qui représentent 89% des actifs du groupe, et le foncier et l’immobilier résidentiel de l’autre. Cette dernière partie, laissée par ICD, serait alors cotée indépendamment. En outre, les banques ayant consenti à Colonial un prêt de 7,2 milliards d’euros doivent également donner leur accord. Toute reprise doit en effet s’accompagner d’une nouvelle ratification des accords liés à ce prêt avec le groupe de banques comprenant Goldman Sachs, Royal Bank of Scotland, Eurohypo et Calyon.

Enfin, ICD ne rachètera ces activités de location que s’il parvient à renégocier les conditions d’endettement de la société, ce qui pourrait être le principal blocage à la transaction, estime-t-on sur les marchés. Par ailleurs, l’offre de 1,19 euro en cash peut être amenée à changer selon l’avancée des discussions avec les créanciers de Colonial. La transaction a toutefois cinq mois pour être finalisée.

A lire aussi