Le capital-investissement souffre en Bourse

le 11/03/2008

Si nombre de professionnels du capital-investissement mettent en lumière un juste retour à la normale, alors que les valorisations tendaient avant l’été à devenir déraisonnables, les marchés boursiers imposent néanmoins leur sanction aux véhicules cotés de private equity. Le message délivré par Blackstone, à l’occasion de ses résultats annuels, ne devrait d’ailleurs pas encourager les investisseurs à renouer avec le secteur.

«Le manque de financement disponible pour les importantes opérations à effet de levier a limité nos commissions. Les conditions de marché resteront difficiles aux Etats-Unis et en Europe en 2008», a expliqué Stephen Schwarzman, président du groupe. Et d’ajouter ne pas savoir quand cet environnement s’améliorera.

Sur le dernier trimestre 2007, Blackstone a accusé une perte de 170 millions de dollars - contre un bénéfice de 1,18 milliard de dollars un an plus tôt -, sous le coup des charges salariales liées à sa cotation, de la tourmente des marchés et de dépréciations sur certaines participations, dont celle dans le rehausseur de crédit FGIC.

Face au durcissement des conditions de crédit, ayant créé un coup d’arrêt pour les méga-LBO, spécialité de Blackstone, le fonds d’investissement se tourne, à l’image de certains de ses concurrents, vers d’autres relais de croissance. «Nous espérons percevoir de nouvelles opportunités d’investissement, particulièrement en Asie», a indiqué Stephen Schwarzman. Blackstone tend également à s'orienter sur des cibles plus petites. Le fonds peine toujours à finaliser l’opération de 6,6 milliards de dollars sur Alliance Data Systems, annoncée en mai.

A lire aussi