Biomnis, acteur n°1 de la biologie spécialisée en France, contraint de renoncer à son projet d’ouverture de son capital à la profession

le 27/03/2008

Il y a quelques mois, Jean-Louis Oger, Président des Laboratoires

Marcel Mérieux, devenus depuis Biomnis, a souhaité profiter du retrait de la Fondation

Mérieux, actionnaire historique du groupe à hauteur de 23 %, pour proposer à la

profession de rentrer dans le capital du premier acteur français de biologie spécialisée.

Un projet ambitieux qui visait à terme la prise de contrôle de Biomnis par la profession.

Pour réussir ce pari, Jean-Louis Oger avait personnellement demandé à des biologistes

représentatifs de la profession et issus de chaque région, d’aider à formaliser les statuts et le

pacte d’actionnaires qui devaient unir la société d’investissement des biologistes libéraux et le

laboratoire Biomnis. « En ouvrant le capital de Biomnis à mes confrères, j’espérais que le plus

important laboratoire de biologie spécialisée français puisse demeurer entre les mains des

professionnels de la biologie. En cette période de profonds bouleversements de notre métier, je

l’envisageais comme un instrument de préservation des valeurs fondamentales du modèle

d’organisation français de la biologie », a déclaré le Président Directeur Général de Biomnis.

La campagne de souscription lancée en janvier en direction de l’ensemble des biologistes

français n’a malheureusement pas rassemblé un nombre suffisant de professionnels. 416

d’entre eux ont souhaité souscrire pour un montant total de 10,7 millions d’euros. Un niveau trop

faible pour envisager une prise de contrôle à terme par la profession. « Pour être crédible, il

aurait fallu au minimum réunir 1 000 biologistes et 30 millions d’euros. Il aurait été possible dans

ces conditions d’envisager les levées de fonds nécessaires pour que la profession devienne

majoritaire à terme. Aujourd’hui, les biologistes qui ont marqué leur intérêt ne seraient

susceptibles de racheter que 5 % du capital de Biomnis. Cela rend de facto illusoire la finalité de

l’opération », a expliqué Jean-Louis Oger.

Le Président de Biomnis a réuni, le 13 mars 2008, les biologistes coordinateurs afin de décider

et réfléchir avec eux de la suite à donner. « Il me semblait impératif de les consulter. Ils ont

accompagné Biomnis depuis le début de cette opération et sont les garants des intérêts des

biologistes. Ils se sont investis, au côté du groupe, pour que l’ouverture du capital à la

profession aboutisse. C’est évidemment avec regret que nous avons décidé ensemble et à

l’unanimité, compte tenu de la situation, de mettre un terme à cette aventure », a t-il ajouté.

Pour Biomnis, la fin du projet d’ouverture du capital aux biologistes a pour conséquence la

nécessité de trouver de nouvelles voies permettant d’assurer la pérennité de l’entreprise. « Je

ne peux assurément pas rester propriétaire à 98 % en nom propre d’un groupe de la taille de

Biomnis. Tout le monde comprendra que cette situation représente un danger pour l’entreprise

et ne permet pas de préparer décemment l'avenir dans un contexte de concurrence accrue et de

concentration tant au niveau national qu'européen. J’espérais sincèrement que la profession

adhère à cette idée qui constituait pour moi l’issue idéale. Mais puisqu’elle en a décidé

autrement, je suis dans l’obligation d’étudier d’autres scénarii. Nous n’avions prévu aucun plan

B. Nous repartons donc d’une page blanche. Mais quel que soit l’avenir de Biomnis, mon

souhait le plus cher est de conserver cette relation privilégiée qui nous unit à la profession

depuis de nombreuses années. », a assuré Jean-Louis Oger. (Communiqué)

A lire aussi