Dérivés actions : les produits structurés mis à l’épreuve

le 21/02/2019 L'AGEFI Hebdo

Les comptes 2018 des banques françaises rappellent leur vulnérabilité en cas de conditions de marché hors normes et hors modèles.

Dérivés actions : les produits structurés mis à l’épreuve
Les placements de type ‘autocalls’ suscitent un fort engouement en Corée du Sud.
(UE)
Un « accident », c’est le terme employé par Natixis pour expliquer la perte de 259 millions d’euros qu’il a essuyée en dérivés actions en fin 2018. De quoi faire baisser sur l’année son PNB (produit net bancaire) de 10 % en banque de grande clientèle, contre un recul qui aurait été limité à 3 %...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

Sur le même sujet

A lire aussi