La fintech Marqeta valorisée plus de 17 milliards de dollars pour ses débuts au Nasdaq

le 10/06/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La start-up de paiements a explosé les compteurs avec un bond de 20% en Bourse.

Succès de l’IPO de Marqeta sur le Nasdaq.
Succès de l’IPO de Marqeta sur le Nasdaq.
(Crédit Nasdaq.)

Un démarrage en trombe. Pour son premier jour de cotation sur le Nasdaq ce mercredi, à la Bourse de New York, la start-up de paiements Marqeta a explosé tous les scores. Dès ses premières heures de cotation, le cours de son action a bondi de 20% par rapport à son prix d'introduction, fixé mardi à 27 dollars. Qui était lui-même déjà au-dessus de la fourchette initiale, entre 20 et 24 dollars. Dans cette opération menée par Goldman Sachs et JPMorgan Chase, la société a placé 45,45 millions d’actions au prix unitaire de 27 dollars. Le titre a ouvert à 32,50 dollars, pour clôturer à 30,5 dollars.

Résultat, Marqeta a levé 1,23 milliard de dollars (1 milliard d’euros) dans cette opération, pour atteindre en clôture une valorisation d’au moins 15,2 milliards de dollars, avec un total de 568 millions d’actions diluées. Des chiffres bien au-delà de ses propres prévisions : la semaine dernière, selon les derniers documents publiés sur le site de la Securities and Exchange Commission (SEC), la fintech californienne indiquait viser une valorisation de 12 milliards de dollars. Et «seulement» 10 milliards en novembre dernier, lors de son dernier tour de table, de 150 millions de dollars.

Depuis sa création en 2010, la société californienne, qui permet aux entreprises d’émettre des cartes physiques à leur nom, a connu une croissance exponentielle. Elle compte Goldman Sachs et Visa parmi ses investisseurs, et Uber Technologies et DoorDash parmi ses clients. En un an, elle a profité à plein de l’effet confinement, qui a accéléré la bascule vers les services de e-commerce et les transactions en ligne, liées à la livraison de repas à domicile. «Je crois qu’avec les applications mobiles de services de commande et les entreprises de 'buy now pay later' [paiement fractionné], nous en sommes encore aux débuts. Ce sont de jeunes entreprises sur un marché massif», a déclaré mercredi Jason Gardner, fondateur et PDG de Marqeta.

Au premier trimestre, elle a revendiqué une croissance de 123% de ses revenus, à 108 millions de dollars par rapport à l’an dernier, tandis que sa perte nette s’est rétrécie à 12,8 millions de dollars. Elle affiche un volume de traitements de 60,1 milliards de dollars en 2020, contre 21,7 milliards en 2019, et une émission de 320 millions de cartes au 31 mars. L’essentiel de son chiffre d’affaires provient des commissions générées par les transactions sur sa plateforme.

Comme Marqeta, plusieurs start-up de paiements, telles que Flywire et Paymentus Holdings, sont entrées en Bourse ces dernières semaines.

Sur le même sujet

A lire aussi