Dossier

Donald Trump peut-il vraiment engager le virage de la dérégulation?

Donald Trump peut-il vraiment engager le virage de la dérégulation?
(Bloomberg)

C'est l'un des sujets emblématiques de son début de mandat présidentiel. Donald Trump a signé dans les premiers jours de février un ordre exécutif donnant 120 jours au secrétaire au Trésor Steve Mnuchin pour préparer ses recommandations en vue d'une révision de la loi Dodd-Frank. Cette loi a été instaurée au lendemain de la crise de 2007-2008 et vise à encadrer le secteur financier. Selon le président américain, les exigences diverses de la réglementation empêchent les banques de prêter suffisamment aux ménages et aux entreprises. Selon Reuters, les six banques les plus grosses des Etats-Unis ont maintenu en réserve 130 milliards de dollars supplémentaires en 2016 sous le poids des obligations réglementaires.

Dans les faits la remise en question de la régulation financière post-subprimes pourrait s'avérer compliquée à mettre en oeuvre. Seul le Congrès peut modifier les lois et le Sénat ne permet pas aux Républicains d'être en nombre suffisant pour effectuer les principaux ajustements souhaités. Les Démocrates ont quant à eux déjà annoncé leur intention de défendre les textes. Malgré cela, les indices boursiers américains se réjouissent pour le moment de cette promesse (ainsi que des engagements fiscaux de Donald Trump) et franchissent des records à l'image du Dow Jones et du S&P 500, tirés par les valeurs bancaires. Au risque de déchanter face aux difficultés d'un détricotage réel de la réglementation ?