Natixis, Sodexo et Edenred contestent les sanctions de l'Autorité de la concurrence

le 18/12/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Natixis, Sodexo et Edenred contestent les sanctions de l'Autorité de la concurrence
(rea)

Natixis, Sodexo et Edenred contestent les sanctions annoncées mercredi par l'Autorité de la concurrence pour pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des titres-restaurant. Les amendes s'élèvent à 157 millions d'euros pour Edenred et 83,3 millions d'euros pour Natixis Intertitres. Sodexo écope pour sa part de 126,3 millions d'euros, le groupe UP de 45 millions. La Centrale de règlement des titres (CRT), qui assure pour le compte des quatre groupes le traitement et le remboursement des titres-restaurant auprès de leurs clients, est sanctionnée à hauteur de 3 millions.

Natixis et Edenred ont pris acte de la décision de l'Autorité, réfutant chacun dans un communiqué ce qui leur est reproché. ​« Natixis réfute toute accusation de pratique concertée avec ses concurrents et regrette que l'Autorité de la concurrence n'ait pas tenu compte de ses arguments», a indiqué la banque, qui se dit «extrêmement surprise de cette décision qui lui semble dépourvue de fondement et totalement disproportionnée». Natixis compte faire appel de cette décision.

De son côté, «Edenred réfute catégoriquement les deux griefs reprochés par l'Autorité de la concurrence française». Le groupe va également «faire appel de la décision de l'Autorité de la concurrence devant la Cour d'Appel de Paris, pour en demander l'annulation ». Le groupe « ne partage pas l'analyse de l'Autorité de la concurrence, notamment son appréciation du caractère concurrentiel du marché français des titres-restaurant », a indiqué Edenred dans un communiqué. De son côté, Sodexo conteste fermement la décision de l'Autorité de la concurrence et entend faire également appel.

Selon l'Autorité de la concurrence, « ces acteurs ont méconnu le droit de la concurrence en mettant en place des pratiques constitutives d'entente », a-t-elle souligné dans un communiqué.

Il est reproché à Edenred France, Up, Natixis Intertitres et Sodexo Pass France d'avoir échangé tous les mois entre 2010 et 2015, par le biais de la CRT, des informations commerciales confidentielles portant sur leurs parts de marché respectives, « ce qui a permis de restreindre la concurrence entre eux », a précisé l'Autorité.

D'autre part, entre 2002 et 2018, Edenred France, Up, Natixis Intertitres et Sodexo Pass France « ont adopté une série d'accords ayant pour objet de verrouiller le marché des titres-restaurant en contrôlant l'entrée de nouveaux acteurs et en s'interdisant réciproquement de se lancer dans l'émission des titres dématérialisés », a ajouté le gendarme de la concurrence.

Sur le même sujet

A lire aussi