Donald Trump lance l’offensive contre Dodd-Frank

le 06/02/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le président américain a donné 120 jours au Trésor pour lui présenter des recommandations en vue d'un assouplissement de la régulation bancaire.

Donald Trump lance l’offensive contre Dodd-Frank
(Bloomberg)

Donald Trump avait fait de l’assouplissement de la régulation bancaire l’un de ses arguments de campagne électorale. Le président américain est passé aux actes vendredi en ouvrant la voie à une réforme de la loi Dodd-Frank et de la règle Volcker. L’ordre exécutif signé par Donald Trump donne 120 jours au secrétaire au Trésor pour préparer ses recommandations en vue d'une révision des deux textes qui encadrent le secteur financier depuis la crise de 2007-2008.

Cette signature est avant tout symbolique, seul le Congrès ayant le pouvoir de réformer des lois. Les Démocrates ont déjà annoncé leur volonté de défendre les deux textes. De même, l’ordre exécutif ne fournit aucun détail sur les pistes envisagées. Mais selon l'ancien élu démocrate Barney Frank, co-auteur de la loi de 2010, le simple ton de l’ordre exécutif « vise à affaiblir cette loi ». Conforté par ce texte présidentiel, le républicain Jeb Hensarling, président de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, a prévu de réintroduire à l’ordre du jour du Congrès dans les prochaines semaines le Choice Act, son projet de réduction de la portée de Dodd-Frank.

Tout au long de sa campagne, Donald Trump avait fustigé des textes qu'il jugent pénalisant pour l'économie américaine, leur reprochant de restreindre la capacité des banques à faire crédit aux entreprises et aux ménages. «J’ai énormément d'amis qui gèrent des entreprises géniales mais à qui les banques ne peuvent pas prêter d'argent en raison des contraintes réglementaires qui pèsent sur elles», a déclaré Donald Trump vendredi, lors d'une réunion à la Maison Blanche avec des patrons de grands groupes américains

Même s’il ne peut outrepasser le Congrès, Donald Trump dispose de certains pouvoirs lui permettant d’édulcorer la régulation, notamment par la nomination de nouveaux dirigeants des instances du secteur. Les mandats des directeurs de l'Agence fédérale du financement de l'habitation qui supervise Fannie Mae et Freddie Mac et du Bureau de protection financière des consommateurs (CFPB) ne s'éteignent qu'à la fin de l’année. Mais certains élus républicains poussent pour accélérer le calendrier. Le départ anticipé du dirigeant du CFPB fait actuellement l’objet d’une vive bataille juridique.

La promesse d’une réforme du Dodd-Frank Act et de la Volcker Rule a en tous cas réjoui Wall Street. Vendredi, le cours de l’action Goldman Sachs a fini en hausse de 4,57%. L’indice des valeurs bancaires a gagné 2,6%.

Sur le même sujet

A lire aussi