Les petites banques seraient les plus touchées par la pondération du risque souverain

le 09/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La règle prônée par le comité de Bâle imposerait aux banques européennes jusqu’à 171 milliards d’euros de capital supplémentaire.

Selon les modalités finalement retenues pour la pondération du risque souverain, l’impact sur les exigences en capital pour les banques européennes pourra aller de 1 à 10, estime Fitch dans une note publiée hier. Le scénario le moins éloigné de la situation actuelle étendrait à l’ensemble des...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi