L'Europe reste trop soumise au pouvoir des lobbies, selon Transparency

le 15/04/2015

Télécharger le document

Transparency international n'est pas tendre avec le lobbying en Europe. Dans un rapport publié mercredi 15 avril, l'organisation non gouvernementale (ONG) épingle les mauvaises pratiques toujours persistantes au sein des Etats et des institutions du Vieux continent.

Au total, l'organisation a passé au crible les pratiques de lobbying dans dix-neuf Etats et trois institutions européennes (notamment à Bruxelles où la concentration de lobbyistes est la deuxième au monde derrière Washington). En guise de bilan, Transparency note que l'univers du lobbying est "divers, complexe et devient de moins en moins compréhensible". "Malgré de sérieux risques, la régulation sur le lobbying en Europe est cruellement inadéquate, permettant à des groupes d'influences néfastes de fleurir", notent les auteurs de l'étude.

Astroturfing

L'ONG allemande affirme qu'"une diversité de techniques sont mises en place (par les lobbyistes), de la participation aux processus de consultations à des échanges directs avec les preneurs de décisions".

Transparency reconnaît que "la plupart de ces pratiques sont légitimes". Toutefois, certaines pratiques sont parfois plus floues et cachent leur objectif véritable. L'ONG fait notamment référence à la pratique de l'Astroturfing, qui consiste à donner l'impression qu'une opinion est populaire alors qu'il n'en est rien.

Dans le classement établi par Transparency International, les pays européens qui encadrent le plus efficacement les pratiques de lobbying sont la Slovénie, la Lituanie et le Royaume-Uni. A l'inverse, les pays les plus poreux juridiquement sont Chypre, la Hongrie, et l'Allemagne à égalité avec le Portugal. La France est à une décevante 13e place.

"Risque de corruption"

L'ONG note par ailleurs que 7 pays parmi les 19 étudiés ont mis en place une régulation autour du lobbying. Parmi ces Etats, la France, le Royaume-Uni et l'Autriche. Mais elle est toujours "inadaptée".

En conclusion, Transparency s'inquiète que "le lobbying injuste et opaque représente l'un des risques majeurs de corruption en Europe". La défiance des citoyens est d'ailleurs très forte puisque "six Européens sur dix considèrent leur gouvernement très influencé voire entièrement sous la coupe de certains intérêts", selon une étude réalisée en 2013 par l'organisation et citée dans ce rapport.

Langue :
Royaume Uni
Pages :
68

A lire aussi