L'UE inflige une amende de 4,34 milliards d'euros à Google

le 18/07/2018

La Commission européenne a confirmé mercredi avoir infligé une amende de 4,34 milliards d'euros à Google dans le dossier Android.

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence
(Photo UE Commission européenne.)

La Commission européenne a confirmé mercredi avoir infligé une amende de 4,34 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante dans les appareils mobiles fonctionnant sous Android.

«Depuis 2011, Google impose des restrictions illégales aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles, afin de consolider sa position dominante sur le marché de la recherche générale sur l'internet», a indiqué la Commission européenne dans un communiqué.

Outre l'amende, dont le montant tient compte de la durée et de la gravité de l'infraction, la Commission exige de Google qu'il mette fin à ses pratiques de manière effective dans les 90 jours suivant la décision, sous peine d'astreintes allant jusqu'à 5% du chiffre d'affaires journalier moyen mondial d'Alphabet, sa société mère, a précisé l'exécutif européen.

La Commission a constaté trois types de pratiques illégales au regard du droit européen de la concurrence, «qui avaient toutes pour objectif de consolider sa position dominante sur le marché de la recherche générale sur l'internet», selon elle. La première consiste à la préinstallation des applications Google Search et Google Chrome sur pratiquement tous les appareils Android. La seconde est d'avoir accordé des incitations financières à certains des plus gros fabricants d'appareils, ainsi qu'à des opérateurs de réseaux mobiles, afin qu'ils préinstallent exclusivement Google Search sur toute leur gamme d'appareils Android. La troisième est d'avoir empêché des fabricants d'appareils d'utiliser une autre version d'Android non approuvée par Google, baptisée forks Android.

Google a annoncé mercredi qu'il ferait appel de cette décision.

En juin 2017, la Commission avait déjà infligé à Google une amende de 2,42 milliards d'euros pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche, dont le groupe avait fait appel. La Commission a affirmé mercredi qu'elle surveillait de «près» le respect, par Google, de cette décision.

Sur le même sujet

A lire aussi