Dossier

Le conseil d’administration du XXI° siècle en gestation

Le conseil d’administration du XXI° siècle en gestation
(Crédit Fotolia.)

Les conseils d'administration doivent évoluer pour se préparer aux défis du XXIème siècle. Leur composition, encore très centrée sur les questions financières, pourrait utilement s’aligner sur la stratégie de l’entreprise, ce qui est loin d'être le cas actuellement.

La moitié du SBF 120 ne dispose pas d’administrateur exerçant aussi un mandat en Asie, et seules 20% des sociétés ont un administrateur ayant une compétence en Afrique, selon des données mentionnées par EY. Les administrateurs étrangers ne pèsent que 31% dans le CAC 40 et 24% dans le Next 80. Or une plus grande diversité de compétences permettrait à l'entreprise de mieux répondre à ses besoins.

Il s'agit notamment de faire face aux nouveaux risques, notamment ceux de  réputation y compris dans sa dimension digitale, et de RSE, en pleine expansion. Pour les administrateurs, ce sont autant de nouvelles responsabilités qu'il leur faut assumer. Des outils, également nouveaux, sont devenus incontournables pour gérer ces risques comme le big data, dont les entreprises et leur conseil d'administration doivent se saisir. Près d’un tiers du SBF 120 utilise un outil collaboratif pour suivre les risques et l’efficacité du contrôle, contre seulement 19% l’an dernier.