AT&T enterre la hache de guerre avec Elliott

le 28/10/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

AT&T est un géant de la téléphonie aux États-Unis.
(Bloomberg.)

AT&T a annoncé une série de mesures destinées à répondre aux critiques d'Elliott Management. Des décisions immédiatement saluées par le fonds activiste. « Nous félicitons AT&T pour les mesures positives annoncées aujourd'hui qui devraient créer de la valeur de manière conséquente et durable au sein de l'une des plus importantes sociétés américaines », a déclaré Elliott dans un communiqué. Le fonds avait révélé début septembre avoir engagé 3,2 milliards de dollars au capital d’AT&T.

La première série de mesures concerne l’utilisation des capitaux d’AT&T. Le groupe américain s’est engagé à céder l'an prochain entre 5 et 10 milliards de dollars (9 milliards d'euros) d'actifs jugés non stratégiques, en plus des 14 milliards vendus en 2019. Avec ces fonds, l'opérateur de télécoms compte racheter plus de 3% de ses actions par an au cours des trois prochaines années. En tenant compte du dividende actuel, offrant une rémunération annuelle de l’ordre de 5%, ces rachats d'actions permettront d'atteindre un rendement total pour l'actionnaire d'environ 8,5% par an.

Second volet de l’accord avec Elliott : la gouvernance. AT&T va renouveler son conseil d'administration, alors que deux de ses membres partiront à la retraite au cours des 18 prochains mois. Le groupe prévoit de nommer un nouvel administrateur lors de la prochaine réunion du conseil, ainsi qu'un autre en 2020, et de séparer les postes de président et de directeur général à la date du départ, non encore définie, de l'actuel PDG, Randall Stephenson. AT&T a précisé pour l'instant que Randall Stephenson resterait directeur général du groupe au moins jusqu'à la fin 2020.

Avec Time Warner, AT&T a mis la main l'an dernier sur des fournisseurs de contenus comme HBO, CNN ou encore les studios Warner Bros, producteurs notamment des films Batman et Harry Potter. Mais cette opération a fait gonfler son endettement à 158 milliards de dollars au 30 juin.

Sur le même sujet

A lire aussi