Suez engage la recherche d’un nouveau président

le 20/09/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe a mandaté un chasseur de têtes pour remplacer Jean-Louis Chaussade l'an prochain. Un changement qui appuierait la nouvelle stratégie.

SUEZ-ENVIRONNEMENT: Usine de recyclage des eaux usées West-Basin à Los-Angeles, USA
Suez, expert des métiers de l'eau et des déchets, cherche son nouveau patron.
(©Suez Environnement – Abaca Press/Lionel Hahn)

Suez prend les devants. Alors que Jean-Louis Chaussade doit quitter son poste de président au printemps 2020, lors de l’assemblée générale, le conseil d’administration du groupe de services aux collectivités (réseaux d’eau, collecte et traitement des déchets) a commencé à lui chercher un successeur, a appris L’Agefi de plusieurs sources. Un cabinet de chasseurs de tête a été mandaté. Suez ne fait pas de commentaire.

Ancien directeur général de Suez, Jean-Louis Chaussade a accédé à la présidence du groupe lors de l’AG du 14 mai dernier, après avoir laissé les commandes au nouveau directeur général Bertrand Camus.

Initialement, afin de marquer un vrai changement à la tête de sa filiale, Engie, l’actionnaire de référence de Suez avec 32% du capital, souhaitait nommer un président venu de l’extérieur. Les noms de Pierre Mongin, administrateur d’Engie, et d’Anne-Marie Idrac avaient notamment circulé à l’époque. De son côté, Jean-Louis Chaussade œuvrait pour sa nomination. Un compromis a finalement été trouvé entre Jean-Louis Chaussade et Jean-Pierre Clamadieu, le président d’Engie : une seule année de présidence, pour faire la transition.

Relations tendues avec Engie

Jean-Louis Chaussade, qui n’a jamais évoqué publiquement l’accord conclu avec Jean-Pierre Clamadieu – un compromis confirmé à L’Agefi par plusieurs sources proches d’Engie et de Suez –, n’excluait pas de demander un nouveau mandat d’administrateur lors de l’AG 2020. L’ouverture de la recherche d’un successeur semble sceller son sort, sachant que les relations avec Engie restent tendues, certains soupçonnant même le groupe d’énergie de souffler à l’oreille du fonds activiste Amber pour accélérer la restructuration de sa filiale.

Le comité des nominations de Suez ne devrait pas manquer de candidats. Le nom de Guillaume Pepy, dont le départ de la présidence de la SNCF est acté, recommence d’ailleurs à circuler. Guillaume Pepy connaît bien Suez : il est déjà administrateur et président du comité des nominations.

Le prochain changement de président intervient alors que Bertrand Camus dévoilera le 2 octobre son plan stratégique, censé apporter une vision à long terme. Selon BFM Business, le directeur général devrait profiter de cette journée investisseurs pour annoncer un plan de cessions d’actifs de 2 à 3 milliards d’euros, soldant ainsi une partie de l’héritage de Jean-Louis Chaussade.

Sur le même sujet

A lire aussi