Candriam met la transition énergétique au cœur de son dialogue avec les émetteurs

le 09/05/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gestionnaire d’actifs participe davantage aux AG. Il s’est opposé à la nomination de 6% des administrateurs.

Isabelle Cabie, directrice du développement durable chez Candriam, croit à un actionnariat actif pour l’ESG.
Pour Isabelle Cabie, directrice du développement durable chez Candriam, «l’actionnariat actif est une contribution essentielle à l’atténuation des risques et à la création de valeur».
(Candriam)

En pleine saison des assemblées générales (AG), les votes des investisseurs institutionnels sont scrutés de près. D’autant que ceux-ci n’hésitent plus à prendre position publiquement, à l’instar de Candriam, qui soutiendra les deux résolutions présentées par un groupe d’investisseurs à l’AG d’EssilorLuxottica le 16 mai prochain, proposant la nomination de deux administrateurs indépendants.

D’ailleurs, Candriam publie, ce matin, ses rapports 2018 sur l’engagement actionnarial et sur l’exercice de ses votes. L’an dernier, le gérant a dialogué avec 153 sociétés (133 en 2017), participé à 775 AG (538 en 2017), dont 42% en Europe et 35% en Asie. Candriam a voté sur plus de 11.000 résolutions. Dans plus des deux tiers de ces assemblées, le gérant a émis au moins un vote contre. Il s’est opposé à 11% des résolutions proposées par la direction et s’est abstenu pour 2% des résolutions. Candriam est de plus en sévère. Il s’est opposé à la nomination de 357 administrateurs (6% des résolutions d’administrateurs), dont 202 en raison de leur manque d’indépendance (contre 79 en 2017). Il n’aime pas non plus les PDG, acceptés seulement pour des raisons exceptionnelles et pour une durée limitée. Il a rejeté près d’un tiers des résolutions sur la rémunération des dirigeants, faute d’informations suffisantes, en l’absence d’exigence des conditions de performance dans les plans de long terme, ou de lien entre rémunération et performance. Enfin, Candriam a voté contre 20% des résolutions sur le capital, principalement en raison de dilution au-delà des seuils que se fixe le gestionnaire d’actifs.

Candriam veut élever les standards liés aux problématiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). «Nous croyons fermement à l’actionnariat actif et à un dialogue actif en particulier, lesquels apportent une contribution essentielle à l’atténuation des risques et à la création de valeur pour nos clients», déclare Isabelle Cabie, directrice du développement durable chez Candriam. Dans le cadre de son dialogue avec les entreprises, le gestionnaire d’actifs donne la priorité à la transition énergétique, aux conditions du travail équitable et à l’éthique des affaires. L’alimentation durable fait également partie des nouvelles tendances majeures. Signataire de près de 40 initiatives collectives mondiales encourageant les meilleures pratiques ESG, Candriam a franchi un pas de plus en excluant de ses investissements le charbon thermique et le tabac.

Sur le même sujet

A lire aussi