Des « proxys » s’insurgent contre les rémunérations des dirigeants de Credit Suisse

le 08/04/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Des « proxys » s’insurgent contre les rémunérations des dirigeants de Credit Suisse
Credit Suisse a renoué avec les bénéfices en 2018, pour la première fois depuis 2014.
(Bloomberg)

Les actionnaires de Credit Suisse sont invités à voter contre le rapport de la banque sur la rémunération de ses dirigeants lors de l'assemblée générale annuelle du 26 avril, a recommandé l'agence en conseil de vote (proxy) Glass Lewis en invoquant une « augmentation injustifiée de la prime du directeur général »Tidjane Thiam.

A la barre de la deuxième plus grande banque suisse depuis 2015, Tidjane Thiam a perçu en 2018 une rémunération totale de 12,65 millions de francs suisses (11,26 millions d'euros), avec une prime incitative à court terme (STI) de 4,94 millions de francs. En 2017, sa rémunération totale avait été de 9,7 millions de francs, dont 3,98 millions au titre de la STI.

Le proxy suisse Ethos a également recommandé aux actionnaires de rejeter le rapport de rémunération.​

Credit Suisse a renoué avec les bénéfices en 2018, pour la première fois depuis 2014. Il a expliqué que la hausse de rémunération reflétait un travail bien fait après une restructuration, des coûts et un virage stratégique vers une activité de gestion de patrimoine plus stable que celle de banque d'investissement, plus risquée.

« Nous prenons note des recommandations formulées », a déclaré la banque en réponse au rapport de Glass Lewis. « Credit Suisse respecte la démocratie actionnariale. »

La banque helvétique a déjà subi en 2017 la fronde de ses actionnaires sur le sujet de la rémunération de ses dirigeants. Ceux-ci avaient alors accepté de réduire de 40% leur LTI pour 2018.

Sur le même sujet

A lire aussi