Le futur patron d’EasyJet devrait poursuivre la stratégie actuelle

le 18/07/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Carolyn McCall, directrice générale de la compagnie aérienne, quittera le groupe en fin d’année, avant de prendre la tête d’ITV le 8 janvier 2018.

Avion bloqué sur l'aéroport de Roissy le 16 avril, photo Thierry Stefanopoulos/Bloomberg

Changement de pilote chez EasyJet. La compagnie aérienne à bas coût s’est déjà mise à la recherche de son nouveau patron, après avoir annoncé hier le départ de sa directrice générale, Carolyn McCall. Cette dernière vient d’être nommée directrice générale d’ITV, en remplacement d’Adam Crozier, qui a quitté le groupe audiovisuel britannique fin juin. Un retour aux sources pour Carolyn McCall, qui dirigeait le groupe de presse Guardian Media Group, avant de rejoindre easyJet en 2010. «Après sept ans, l’opportunité d'ITV me semble la bonne à prendre. C’est une entreprise fantastique dans un secteur dynamique et stimulant», a précisé Carolyn McCall. Une nomination «positive», pour Citi, comme pour Jefferies, qui estime que Carolyn McCall «comprend le côté commercial du métier». Ce départ ne survient pas au meilleur moment mais ne crée pas véritablement de risques pour la société, selon Bernstein.

Carolyn McCall ne rejoindra ITV que le 8 janvier 2018, de quoi laisser le temps à une transition en douceur chez easyJet, avant son départ, prévu en fin d’année. Son successeur devrait poursuivre la stratégie de gain de parts de marché sur les plus grands pôles aériens européens, d’amélioration des performances opérationnelles, notamment sur l’exactitude des vols, et mettre un accent accru sur la gestion des coûts, ajoute Bernstein. Le bureau d’analyse estime qu’un candidat externe «avec un point de vue nouveau pourrait être bénéfique pour les actionnaires».

Le défi n’est pas facile à relever. Carolyn McCall «a construit une solide performance opérationnelle, elle a redéfini l’expérience client non seulement chez easyJet mais aussi sur les court-courriers en Europe, entraînant une croissance du nombre de passagers et de leur fidélité», a souligné John Barton, président du groupe. Depuis 2010, le prix des actions easyJet a plus que triplé et les actionnaires ont touché 1,2 milliard de livres de dividendes, ajoute John Barton. EasyJet, qui publiera le 20 juillet l’activité de son troisième trimestre, anticipe une amélioration de ses revenus par siège.

Surtout, le futur patron devra gérer le Brexit. En fin de semaine dernière, le groupe avait annoncé la création d’easyJet Europe, une nouvelle compagnie aérienne, basée à Vienne en Autriche, et qui permettra à la compagnie britannique de poursuivre son activité dans le ciel unique européen, une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’Union européenne.

Sur le même sujet

A lire aussi