Stada change de patron alors que Bain et Cinven pourraient lancer une nouvelle OPA

le 05/07/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le laboratoire allemand a nommé provisoirement un nouveau président du directoire et un nouveau directeur financier jusqu’à la fin de l’année.

Deuxième chance. Après l’échec de leur OPA sur le groupe pharmaceutique allemand Stada, les fonds de capital-investissement Bain Capital et Cinven pourraient tenter de lancer une nouvelle offre. Ils doivent auparavant obtenir l’autorisation du directoire et du conseil de surveillance de Stada et le feu vert de la BaFin, le régulateur allemand, puisqu’en principe ils doivent laisser passer un délai d’une année avant de déposer une nouvelle offre. Stada a déclaré hier dans un communiqué étudier «la possibilité de donner son consentement à l’exemption de la période d’exclusion». Cette nouvelle offre serait même imminente, selon le Financial Times.

En avril dernier, Stada s’était prononcé en faveur de l’offre de Bain Capital et Cinven de 66 euros par action, valorisant le laboratoire allemand 5,32 milliards d’euros, mieux-disante que celle du consortium constitué des fonds Advent et Permira offrant 58 euros par action Stada, soit une valorisation de 4,7 milliards d’euros. A l’époque, Jefferies avait jugé le prix offert «très généreux». Bain Capital et Cinven avaient initialement conditionné leur offre à un taux d’acceptation de 75% du capital, avant de réduire ce taux à 67,5% au moment de la prolongation de l’offre. Là, seuls 65,52% du capital de Stada ont été apportés à leur offre. Les deux fonds n’auraient pas réussi à mobiliser les actionnaires individuels, selon certains. Tandis que d’autres y voient l’intervention de fonds spéculatifs, qui n’ont pas apporté leurs titres, espérant un relèvement du prix offert.   

Surtout, des tensions semblent agiter la direction de Stada. Le conseil de surveillance du laboratoire allemand Stada a accepté hier la démission du président du directoire, Matthias Wiedenfels, pour le remplacer immédiatement par Tjeen Willink jusqu’au 31 décembre 2017. Or Matthias Wiedenfels dirigeait le groupe depuis juste un an. «Nous respectons la décision de nos actionnaires et la comprenons comme un mandat destiné à accélérer notre stratégie réussie de croissance», avait-il déclaré la semaine dernière après l’échec de l’OPA. Le directeur financier, Helmut Kraft a également démissionné immédiatement et sera remplacé jusqu’à la fin de l’année 2017 par Bernhard Düttmann.

Si l’action Stada a perdu plus de 6% après l’échec de l’OPA, elle a depuis rebondi, mais sans revenir au niveau de l’offre.

Sur le même sujet

A lire aussi