BlackRock veut des conseils d’administration diversifiés

le 14/03/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le leader mondial de la gestion d’actifs donne ses priorités sur 2017-2018 en matière de gouvernance au niveau mondial.

Le siège de Blackrock. Photo: dr
Le siège de BlackRock à New York.
(Photo DR.)

BlackRock innove en publiant pour la première fois ses priorités, pour 2017-2018, en tant qu’investisseur de long terme. «Nous sommes trop souvent jugés sur nos seuls votes d’opposition en assemblée générale, explique Edouard Dubois, responsable du marché français, BlackRock Investment Stewardship. Or, nous nous inscrivons dans une démarche de création de valeur, pour faire évoluer par le dialogue les comportements et la transparence des entreprises sur le long terme.»

Le leader mondial de la gestion d’actifs avec plus de 5.000 milliards de dollars d’actifs veut pousser les sociétés mondiales à modifier leurs pratiques environnementales et à diversifier leur conseil d’administration. La composition du conseil, son efficacité et sa responsabilité demeurent une priorité absolue pour BlackRock. Il se penche notamment sur la féminisation des conseils. Le gérant d’actifs compte peser sur les entreprises pour qu’elles ouvrent leur conseil à une plus grande diversité de profils «au niveau de l’expérience, de l’expertise, de l’âge, de la race et du genre». BlackRock estime que des conseils variés «prennent de meilleures décisions». Le groupe américain encourage aussi l’élection annuelle des administrateurs, l’évaluation des conseils et le respect du principe «une action-une voix».

Viser le long terme

En matière de changement climatique, BlackRock, qui travaille avec la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) du Conseil de stabilité financière (FSB), va questionner les entreprises pour savoir où elles en sont. «Nous voulons avoir des éléments consistants, poursuit Edouard Dubois. Si les entreprises françaises donnent déjà beaucoup d’informations en raison des contraintes légales, c’est loin d’être le cas dans le reste du monde». Si BlackRock estime que ce risque n’a pas été suffisamment pris en compte, il votera très probablement contre la réélection des administrateurs jugés les plus responsables de la surveillance des risques.

Quant à la stratégie, BlackRock veut depuis longtemps qu’elle soit articulée sur le long terme. Mais avec les évolutions macroéconomiques et politiques, le gérant d’actifs leur demande d’actualiser leur stratégie face à ces événements extérieurs.

En matière de rémunération des dirigeants, BlackRock souhaite une politique étroitement liée à la stratégie de long terme. Il est notamment favorable à une augmentation des salaires des dirigeants en ligne avec celle des salariés, sauf raisons particulières.

Sur le même sujet

A lire aussi