Les changements de gouvernance chez Nexity interrogent

le 30/01/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les raisons de la démission du numéro deux, Hervé Denize, restent floues tout autant que le renforcement du comité d’audit.

Les changements de gouvernance chez Nexity interrogent
(rea)

Que signifient les importants changements de gouvernance dévoilés par Nexity la semaine dernière ? En moins de 24 heures, le groupe immobilier a annoncé une évolution de sa gouvernance et une modification très substantielle de son conseil d’administration. Seul point de stabilité, l’indéboulonnable PDG de Nexity, Alain Dinin, 66 ans le mois prochain. Il reste le seul mandataire social.

Deux principaux départs interrogent. D’une part, celui d’Hervé Denize, ancien directeur général délégué. D’autre part, celui de Miguel Siegler, président du comité des rémunérations et des nominations. Pourtant leur mandat d’administrateur avait été renouvelé par l’assemblée générale 2015 pour une durée de quatre ans. Ils ont néanmoins tous deux remis leur démission lors du conseil du 23 janvier. Si «Michel Siegler semble avoir des comptes personnels à régler, le départ d’Hervé Denize, numéro deux du groupe, reste une interrogation», confie un spécialiste de la gouvernance. Hervé Denize, n’a pas été évincé assure Nexity. Il «a choisi» de devenir conseiller du président. Toutefois, le groupe immobilier refuse d’apporter plus d’explications. Hervé Denize a abandonné ses fonctions afin de laisser la place à une nouvelle organisation, où le «client» est placé au centre «dans une construction assez conceptuelle», selon un analyste.

«Le renforcement du comité d’audit est une autre source d’interrogation», souligne cet expert. Il passe de quatre à six membres, dont trois sont nouveaux après la démission de Miguel Siegler. Or, ce dernier a été condamné en novembre dernier pour abus de biens sociaux par le tribunal correctionnel de Nanterre, dans le cadre de ses conditions de départ à la retraite de Bayer France, qu’il a dirigé de 1998 à 2008. De quoi semer le doute…

Le numéro trois du groupe, Julien Carmona, directeur général adjoint, chargé des finances, de la stratégie et du digital, devient directeur général délégué en charge du «client interne», tandis que les autres nouveaux directeurs généraux délégués, Bruno Corinti et Jean-Philippe Ruggieri, sont respectivement en charge du «client entreprise» et du «client particulier». Frédéric Verdavaine, nommé directeur général adjoint, est aussi en charge du «client particulier». Cette nouvelle équipe resserrée de quatre personnes formera avec Alain Dinin la nouvelle direction générale. Auparavant, le comité exécutif comptait sept membres et le comité de direction générale seize membres.

Sur le même sujet

A lire aussi