Eurazeo gagne son procès contre l’ancien patron d’Europcar

le 12/07/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Eurazeo renforce sa trésorerie en soldant son histoire avec Rexel. Photo PHB

La Cour de cassation a donné raison à Eurazeo, qui avait mis fin pour faute lourde, sans droit à indemnités, aux fonctions de l'ancien directeur général d'Europcar, Philippe Guillemot, révèlent les Echos en citant un arrêt du 5 juillet. L'ex-dirigeant réclamait à l'actionnaire de contrôle du loueur de voitures 2,4 millions d'euros. Eurazeo avait débarqué Philippe Guillemot début 2012, lui reprochant d'avoir tenu un discours alarmiste auprès des banques du loueur et d'avoir recherché un autre actionnaire de contrôle. La Cour a considéré que «ces agissements sont constitutifs d'actes déloyaux contraires aux intérêts communs de la société Europcar et de l'actionnaire».

A lire aussi