La succession des dirigeants reste un défi pour le SBF 120

le 13/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le cabinet Heidrick & Struggles dévoile ses recommandations. Plus de la moitié des acteurs du SBF 120 recrutent leur patron en dehors de leur entreprise.

Des efforts importants restent à faire en matière de succession de dirigeants. En France, « cette notion n’est pas rentrée dans les mœurs, et les plans de succession sont souvent inexistants ou peu robustes », explique Hervé Borensztejn, associé chez Heidrick & Struggles. Toutefois, ces plans...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi