Engie fait une nouvelle entorse de gouvernance

le 08/02/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour permettre le maintien de Gérard Mestrallet à sa tête, le groupe va devoir repousser, une deuxième fois, l’âge limite du président.

Officiellement, Gérard Mestrallet n’était «candidat à rien». Le PDG d’Engie a toutefois réussi à convaincre son principal actionnaire, l’Etat, de le laisser à la tête du groupe d’énergie pendant encore deux ans, jusqu’en 2018. Confirmant une information des Echos, la ministre de l’Ecologie...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi