GPGE

Schneider humble et cohérent

le 22/09/2016 L'AGEFI Hebdo

Prix « Ethique, compliance et évaluation des risques ».

Les bonnes pratiques du groupe Schneider ont souvent été mises en avant au cours des précédentes éditions des Grands Prix de la Gouvernance d’Entreprise. En 2015, la société avait obtenu la troisième place dans deux catégories, à savoir « Responsabilité sociétale » et, déjà, « Ethique, compliance et évaluation des risques ». Pour Gilles Vermot-Desroches, directeur du développement durable de Schneider Electric, cette démarche est ancrée dans l’histoire du groupe : « Nous avons été parmi les tout premiers signataires du Pacte mondial, en 2003. »

La démarche est supportée par quatre directions : audit interne, juridique, sûreté, la direction du développement durable assurant l’animation de l’ensemble. « Nous cherchons à construire un pont robuste entre responsabilité, éthique et droits humains », explique Gilles Vermot-Desroches.

La cohérence est également au cœur de R&ED (Responsibility & Ethics Dynamics), la déclinaison opérationnelle de cette stratégie. Combinaison de prévention et de traitement des anomalies, celle-ci fait l’objet, chaque année, d’une semaine d’animation et de sensibilisation, déclinée au plan mondial, dans chacune des implantations. « Nous n’avons pas souhaité dissocier l’éthique des affaires de celle relative aux comportements, précise Gilles Vermot-Desroches. Pour impliquer l’ensemble de nos collaborateurs, ils doivent considérer qu’il n’y a qu’une seule éthique de comportement, et qu’elle est globale. Cela donne de la robustesse à la démarche. »

Des lettres d’endossement des principes de responsabilité du groupe sont remises pour signature à tout nouvel employé. L’exercice est renouvelé tous les ans pour chacun des 5.000 principaux managers du groupe. Des sessions d'e-learning sont rendues obligatoires dans les pays figurant sur la liste de Transparency International.

« Il nous faut toujours rester humbles par rapport à la notion de conformité. Nous sommes dans une matière en perpétuel mouvement, conclut Gilles Vermot-Desroches. Quelle que soit la qualité de nos processus, nous devons garder à l’esprit que le comportement d’un seul individu peut suffire à jeter l’opprobre sur un groupe tout entier. »

 Gilles Vermot Desroches, directeur du développement durable de Schneider Electric.
ZOOM
Gilles Vermot Desroches, directeur du développement durable de Schneider Electric.

A lire aussi