La France demeure la championne européenne de l’actionnariat salarié

le 15/04/2019

Si 94% des grandes sociétés européennes ont des actionnaires salariés, moins de 21% des salariés sont actionnaires.

RECENSEMENT DE L'ACTIONNARIAT SALARIE EUROPEEN EN 2018
Télécharger le document

L’actionnariat salarié se développe. 94,2% des grandes sociétés européennes ont un actionnariat salarié en 2018, contre 78% en 2008, selon le bilan annuel de la Fédération européenne de l’actionnariat salarié (FEAS). Un taux qui progresse chaque année. Ces 7,5 millions d’actionnaires salariés détiennent 3,11% du capital de leur société, un niveau en léger recul par rapport aux 3,20% des deux années précédentes, mais qui se maintient au-dessus de 3% depuis 2013 et n’était que de 2,4% en 2006. La France se situe en quatrième position à 5,3%. A elle seule, avec ses 3,2 millions d’actionnaires salariés, elle pèse 43% des effectifs européens.

Les salariés actionnaires détiennent en moyenne 51.000 euros (+141% entre 2009 et 2018), et 28.000 euros hors dirigeants exécutifs (+126% sur la période). Les salariés actionnaires non-dirigeants français sont parfaitement en ligne avec cette moyenne européenne. Le record appartient aux Irlandais et aux Islandais avec plus de 110.000 euros et aux Suisses avec plus de 90.000 euros. En moyenne les salariés non-dirigeants détiennent 1,68% du capital, mais la France prend la tête avec 3,8%.

Plus de 87% des entreprises ont un plan d’actionnariat salarié, dont 52% ont un plan pour tous – un taux supérieur à 50% pour la deuxième année consécutive et qui atteint un pic de 75% en France – et 62% offrent un plan de stock-options. Un tiers des sociétés ont lancé un nouveau plan en 2018, le plus haut niveau jamais atteint. Soit un nouveau plan tous les trois ans environ. En France ce taux monte à 46%.

Malgré ces chiffres en progression, l’érosion de la démocratisation de l’actionnariat salarié se poursuit. Seulement 20,7% des salariés sont actionnaires en 2018, contre 24,1% en 2007. Tandis que l’écart s’accroît entre les pays adoptant une politique incitative (comme le Royaume-Uni) et ceux privilégiant la consommation des ménages à l’épargne. Ainsi le Royaume-Uni affiche un taux de démocratisation de plus de 25%, le plus élevé derrière la France (38%), tandis qu’il reste sous les 20% en Europe continentale et même à moins de 13% en Allemagne. En Europe, les actionnaires salariés siègent seulement dans 1,6% des sociétés, avec une exception française avec un taux de 12%. En revanche, les salariés sont présents au conseil de 22% des sociétés européennes. Ils sont absents ou presque en Italie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Mais le taux frôle les 40% en France.

RECENSEMENT DE L'ACTIONNARIAT SALARIE EUROPEEN EN 2018
Source :
Fédération européenne de l’actionnariat salarié (FEAS)
Date :
04/2019
Langue :
Français

A lire aussi