JPMorgan prévoirait de lancer une banque numérique au Royaume-Uni

le 25/08/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après Goldman Sachs avec Marcus en 2018, la banque américaine pourrait bousculer le marché britannique.

JPMorgan prévoirait de lancer une banque numérique au Royaume-Uni
Le géant bancaire américain JPMorgan Chase prévoirait de lancer, sous la marque Chase, sa banque numérique de détail britannique au premier trimestre 2021.
(Bloomberg)

Bientôt une de plus au Royaume-Uni. Le géant bancaire américain JPMorgan Chase prévoirait de lancer, sous la marque Chase, sa banque numérique de détail britannique au premier trimestre 2021, selon Sky News. JPMorgan n’a pas souhaité commenter cette information. Il pourrait s'agir de «l'entrée la plus significative dans le secteur depuis la crise de 2008», qui pourrait déclencher une nouvelle guerre des prix entre les banques challenger, telles que Monzo, Starling ou encore Revolut, qui comptent à elles trois plus de 16 millions de clients.

La banque américaine aurait ainsi noué des partenariats avec Amazon Web Services afin de développer son activité de stockage en cloud ainsi qu’avec la start-up 10x Future Technologies - fondée par l’ancien patron de Barclays - Antony Jenkins, pour son infrastructure numérique.

Si la banque de JPMorgan venait à voir le jour, elle pourrait faire de l’ombre à Marcus, la banque de détail lancée par Goldman Sachs au Royaume-Uni en 2018. Mais se lancer dans la banque de détail dans ce pays reste un chemin semé d’embûches. Marcus a par exemple perdu 1,3 milliard de dollars depuis son lancement, en raison notamment de dépenses importantes de la banque dans des start-up, de l’espace de stockage en cloud ou encore en recrutant des centaines de geeks.

Par ailleurs, en vertu de la réglementation bancaire britannique, les prêteurs sont tenus de séparer de leurs activité d'investissement les dépôts des particuliers et des PME de plus de 25 milliards de livres (le «ringfencing»). Or, en août, Marcus et ses 500.000 clients britanniques revendiquaient déjà 21 milliards de livres d’encours d'épargne. Résultat : Goldman Sachs n’ayant pas souhaité établir une entité juridique distincte pour Marcus, cette dernière a dû fermer leur compte d'épargne à de nouveaux clients.

Cette information s'inscrit par ailleurs dans un contexte particulier : comme pour d'autres géants bancaires, la pandémie du Covid-19 les a poussés à renforcer leur stratégie numérique. A ce jour, JPMorgan revendique 50 millions de clients «numériques», dont 34,4 millions sur mobile uniquement. La banque affiche également plus de 700 milliards de dollars de dépôts et plus de 1,5 million de comptes de dépôt ouverts entièrement en ligne. Le géant américain projetterait d’offrir une gamme de services plus étendue que Marcus, avec des produits d’épargne, en passant par des services de prêts.

Un renfort de poids

Cette information intervient quelques jours après le recrutement par JPMorgan de l'ex-ministre des Finances britannique Sajid Javid à un poste de conseiller. Il siégera au sein du comité de conseil de JPMorgan pour l'Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. La banque est «impatiente de profiter de sa compréhension approfondie de l'environnement des affaires et de l'économie afin de contribuer à la définition de notre stratégie de clientèle dans toute l’Europe», a déclaré un porte-parole.

Il y a un an, JPMorgan a essuyé un échec avec l'une de ses banques mobiles. En août 2019, la société américaine a fermé sa banque mobile Finn by Chase, lancée en octobre 2017 aux Etats-Unis. Pour justifier son choix, le groupe a annoncé miser sur une stratégie physique en ouvrant 400 nouvelles agences d’ici cinq ans et se concentrer sur sa propre application pour conquérir des clients. S'ils se confirment, les premiers pas de sa nouvelle banque au Royaume-Uni seront observés avec d'autant plus d'attention.

Sur le même sujet

A lire aussi