La fintech Nalo lance une offre avec BlackRock

le 07/02/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La part d'environ 70% de fonds en euros de la poche «épargne de précaution» du contrat d'assurance vie de Nalo sera progressivement remplacée par le fonds de BlackRock.

 robo-advisor Nalo
Le robo-advisor Nalo permet une gestion personnalisée de l’assurance vie en fonction des projets des clients.
(Photo Nalo.)

C'est l'alliance qu'on n'imaginait pas. Hier, la fintech française Nalo a annoncé le lancement d’un portefeuille à faible volatilité en partenariat avec BlackRock. Le portefeuille, accessible au sein du contrat d’assurance vie Nalo Patrimoine, assuré par Generali, vise un rendement de 3%. L’offre sera disponible d'ici quelques semaines. 

Nalo ne propose pas de profils types de gestion, le portefeuille de chacun de ses clients étant associé à un projet de vie (selon le principe de la gestion par objectif, ou goal based investing). Cependant, le premier contact des investisseurs avec le robo-advisor commence souvent par un essai avec une allocation prudente. Or cette allocation est construite en utilisant une poche dite «d’épargne de précaution», qui a vocation à être mobilisée rapidement, et constituée d’environ 70% de fonds en euros.

High Income rapporte 3,4% par an  
depuis sa création

C’est cette allocation dans le fonds en euros de Generali qui sera progressivement remplacée par le fonds High Income de BlackRock. L’objectif est donc de proposer, sur les allocations prudentes des clients, des rendements supérieurs à ceux que peuvent offrir les fonds en euros. Cela permet aussi de faire basculer ceux-ci vers des unités de compte.

Depuis sa création en 2013, le fond de BlackRock délivre un rendement de 3,4%. «C’est un portefeuille global qui comporte des expositions que l’on n’a pas l’habitude de retrouver dans le portefeuille des épargnants en France : dette émergente, obligation haut rendement... Il va falloir que Nalo se repose la question de la manière dont il va amender le portefeuille que nous avons développé en interne pour l’adapter au marché français», explique Henri Chabadel, directeur des investissements chez BlackRock pour la France, la Belgique et le Luxembourg. «L’objectif, avec la volatilité la plus faible possible, est de continuer à assurer un rendement au-dessus de l’inflation», explique, de son côté, le co-fondateur de Nalo. 

La fintech ne souhaite toujours pas communiquer sur son nombre de clients ni sur ses encours, étant moins prolixe que sa concurrente Yomoni. Nalo assure conserver des clients aux portefeuilles aisés (200.000 euros de patrimoine financier). Si son client le plus âgé a 93 ans, l’âge moyen des clients de Nalo est passé de 40 à 38 ans l'an dernier.

Sur le même sujet

A lire aussi