Ma French Bank vise un million de clients d’ici cinq ans

le 15/05/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Banque Postale lancera en juillet sa banque digitale payante destinée aux 18-35 ans. Elle espère atteindre la rentabilité d’ici cinq ans.

Ma French Bank, néobanque de La Banque Postale.
Ma French Bank, la néobanque de La Banque Postale, sera payante à raison de 2 euros par mois.
(DR.)

Le paysage saturé des néobanques compte un nouvel acteur : Ma French Bank. La Banque Postale a investi plus de 100 millions d’euros dans le développement informatique et numérique de sa nouvelle banque digitale, créée avec l’aide de son partenaire Accenture. Elle possédera tous les attributs d’une néobanque classique : un compte sans découvert, une carte de paiement internationale disposant du sans-contact, le paiement mobile avec Apple Pay, un suivi du solde en temps réel. Mais ses clients auront aussi accès à une ligne de crédit renouvelable, des cagnottes sans frais à travers la plate-forme KissKissBankBank et l’outil de partage de dépense «We Share». «C’est la nouvelle génération de néobanque, se réjouit Rémy Weber, président du directoire de La Banque Postale. Nous avons construit une banque à part entière sur mobile avec son propre système d’information très agile.»

Contrairement à ses concurrentes, Ma French Bank sera payante au tarif de 2 euros par mois. «La gratuité et les métiers déficitaires ne durent qu’un temps», souligne Rémy Weber. «Un service, ça se paie. Nous sommes dans la construction d’une relation de confiance avec le client et notre logique est la protection absolue des données de notre clientèle», poursuit-il.

Destinée aux clients digitaux multi-bancarisés et aux 18-35 ans «en quête d’autonomie», la néobanque sera commercialisée en juillet dans 2.000 bureaux de poste pilotes. L’objectif visé est 1 million de clients d’ici 5 ans, date à laquelle Ma French Bank devrait atteindre la rentabilité. «Nous aurons 10.000 chargés de clientèle formés dans les bureaux de poste et on pourra doubler ce périmètre progressivement», précise Rémy Weber. Cette nouvelle offre digitale devrait ainsi permettre de renouveler la clientèle de La Banque Postale qui est plutôt âgée et fragilisée. L’établissement bancaire public dénombre, en effet, 1,6 million de clients fragiles. «Le téléphone est un moyen d’accélérer la montée en puissance numérique des exclus», pour Rémy Weber.

Dotée d’un effectif de 95 personnes, Ma French Bank devrait dévoiler de nouvelles fonctionnalités tous les six mois. Parmi celles-ci : une offre pour les jeunes, un agrégateur de comptes, des livrets d’épargne et des services d’assurance. «L’offre d’assurance vie dématérialisée Easyvie a vocation à être disponible sur Ma French Bank», détaille Rémy Weber. «Ce sera la bancassurance de demain», ajoute-t-il.

Sur le même sujet

A lire aussi