Impak Finance projette l’une des premières ICO labellisées par l’AMF

le 05/07/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La fintech canadienne espère lever 3 millions d'euros pour se développer en Europe.

Impak Finance, plate-forme canadienne de mise en relation d’entreprises socialement responsables et de consommateurs.
Impak Finance, plate-forme canadienne de mise en relation d’entreprises socialement responsables et de consommateurs, a créé une monnaie virtuelle l’«impak coin».
(Crédit Impak.)

L’une des premières ICO (initial coin offering) labellisées par l’Autorité des marchés financiers (AMF) française sera peut-être canadienne. Basée à Montréal, la fintech Impak Finance annonce ce jeudi son intention de récolter 3 millions d’euros, via une levée de fonds en monnaie virtuelle qu’elle s’apprête à lancer en France, pour se développer en Europe.

Fondée en 2016, Impak Finance met en relation, via une place de marché, des entreprises socialement responsables et des consommateurs. Ces derniers voient leurs achats éthiques récompensés à hauteur de 5% de la dépense engagée en «impak coin», la monnaie virtuelle créée par la fintech. Celle-ci, qui projette bien évidemment d’être rentable malgré sa philosophie équitable, se rémunère au moyen de frais de transactions.

Son patron, Paul Allard, n’entend pas se passer du visa que l’AMF délivrera – ou pas – aux émetteurs d’ICO qui le solliciteront, une mesure prévue dans la loi Pacte qui doit entrer en vigueur en 2019. « Les discussions que nous avons avec l'AMF française depuis la fin février nous laissent penser que notre projet d'ICO sera l’un des premiers à être validés en France », indique Paul Allard à L’Agefi.

La fintech n’en est pas à son coup d’essai. Son ICO lancée en 2017 avait été la première validée par l’AMF canadienne. Cette dernière a en effet étendu aux ICO son « bac à sable » réglementaire, lequel permet à des sociétés innovantes de se financer sans respecter la totalité de la régulation existante.

Dans le cadre de cette première ICO, Impak Finance avait levé 1,46 million de dollars canadiens (0,9 million d’euros), auprès de 2.300 investisseurs particuliers. Et c’est parce qu’un « très grand nombre de Français » avaient participé à cette émission que la fintech a décidé de lancer sa deuxième ICO dans l’Hexagone. Mais pas seulement : « La France est à la pointe dans les domaines de l'économie sociale et solidaire et de la blockchain », explique Paul Allard.

Pour cette ICO française, Impak Finance cible également des investisseurs institutionnels. « Nous avons reçu de l'intérêt de la part de sept à huit investisseurs professionnels français », argumente Paul Allard. Dans cette optique, les impak coins seront pré-vendus à partir du mois d’octobre sur PRE-IPO. Cette plate-forme de financement participatif, propriété de la société financière Allinvest (ex-Invest Securities), permet aux investisseurs de participer au dernier tour de table d’une PME avant son introduction en Bourse.

Sur le même sujet

A lire aussi