La fintech française doit encore mûrir pour rayonner à l’international

le 17/11/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Six fintech françaises prometteuses ont été identifiées dans le top 100 mondial de KPMG et H2 Ventures. Lendix, seul rescapée de 2016, recule de 13 places.

Lendix, plate-forme de prêts
Lendix est la seule des six fintech tricolores primées cette année à figurer dans le top 50.
(Photo Pierre Chiquelin.)

L’essai est marqué, il faut le transformer. Six start-up françaises figurent dans le top 100 mondial des meilleures fintech publié hier par KPMG et H2 Ventures. Ce classement est établi selon cinq critères : le montant des fonds levés, la proportion de ces derniers au capital, les diversités géographique et sectorielle, ainsi que la capacité d’innovation des produits et services proposés, «une mesure subjective qui s’applique uniquement au classement des fintech émergentes, de 50 à 100», expliquent le cabinet d’audit et la société de private equity australienne.

Sur les six fintech tricolores primées cette année, une seule figure dans le top 50, Lendix. Déjà présente l’année dernière, la plate-forme de prêts aux PME a néanmoins reculé de 13 places, de la 32e à la 45e. La start-up est la seule rescapée de 2016 : l’insurtech Fluo et la plate-forme de cagnottes Leetchi – toutes deux soutenues par le Crédit Mutuel Arkéa –, classées «émergentes» l’année dernière, ont disparu du top 100.

KPMG et H2 Ventures ont identifié cinq nouvelles fintech françaises prometteuses (de 50 à 100) : la compagnie indépendante d’assurance santé collective en ligne Alan, le fournisseur franco-belge de compte de paiement multidevises pour les PME Ibanfirst, l’application de paiement mobile Lydia, l’éditeur de logiciels de gestion de paye Payfit, et la néobanque pour entrepreneurs Qonto

«Depuis la première édition du classement Fintech 100, le poids des fintech françaises ne cesse de croître, c’est une excellente nouvelle pour le marché !, s’enthousiasme dans un communiqué Mikaël Ptachek, spécialiste fintech chez KPMG. Notre classement confirme ainsi une tendance de fond favorable et le dynamisme des entrepreneurs français, soutenus par un écosystème politique et financier qui investit dans de nombreux projets prometteurs.»

L’Europe représente 41% du top 100 et les fintech européennes sont majoritaires dans la partie des start-up émergentes. Le nombre de pays représentés dans le classement total est passé de 22 à 29 en 2017. La Chine continue de dominer le secteur avec 5 fintech dans le top 10, notamment le top 3 : Ant Financial, la filiale de paiements du géant du e-commerce Alibaba, l’assureur en ligne ZhongAn, et Qudian le spécialiste du microcrédit en ligne.

Sur le même sujet

A lire aussi