BlackFin lance son premier fonds 100% fintech

le 26/07/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après deux véhicules de capital-développement dédiés aux services financiers, la société de gestion a annoncé un premier closing à 100 millions d’euros.

Fonds euro-croissance : une valorisation à plusieurs inconnues - Photo : Fotolia

BlackFin Capital Partners rajoute une corde à son arc. Après avoir lancé en 2011 et 2016 deux fonds de capital-développement dédiés aux entreprises de services financiers, la société de gestion a annoncé le premier closing à plus de 100 millions d’euros d’un véhicule de capital-innovation dédié aux fintechs européennes. Soutenu par plusieurs investisseurs institutionnels dont Bpifrance, Groupama et Sogecap, le fonds participera aux tours de financement depuis l’amorçage.

Le closing final devrait intervenir au premier trimestre 2018 à hauteur de 150 millions d’euros, dans le haut de la fourchette initiale prévue par BlackFin. Le fonds espère séduire davantage de banques et d’assureurs européens grâce aux performances de son premier fonds. Les sorties d’Applicam, de Monéo Resto et de Primonial se sont en effet soldées par des multiples de plus de trois fois la mise.

«Nous souhaitions disposer d’un fonds d’une taille importante pour pouvoir accompagner des start-up sur plusieurs tours de table, pour des tickets allant de 2 à 7 millions d’euros et pouvant augmenter jusqu’à 15 ou 20 millions d’euros», explique Paul Mizrahi, co-fondateur et directeur général de BlackFin. Pour l’heure, quatre dossiers de sociétés française, belge, néerlandaise et allemande sont à l’étude. Le premier investissement pourrait concerner l’assurance, qui a historiquement constitué environ 50% des opérations de BlackFin.

Allant de tours d’amorçage jusqu’aux séries A, B et C de développement de la société, les interventions du véhicule cibleront en particulier les fintech BtoB, afin d’anticiper la cession. «Le champ des acquéreurs potentiels des start-up dans lesquelles nous investissons s’est élargi. Outre les banques et les fonds d’investissement, de plus en plus de groupes de médias, de télécoms ou de technologies s’intéressent aux fintech et veulent entrer sur ces marchés», explique Paul Mizrahi.

Pour mener ses investissements, BlackFin a déjà recruté trois professionnels, l’équipe devant grimper à six personnes dès 2017. Outre ses équipes, BlackFin s’appuie sur un réseau de 25 correspondants répartis à travers l’Europe, et que la société de gestion aimerait à terme doubler. «Nos venture partners fonctionnent comme une communauté et comptent d’anciens créateurs de fintech devenus business angels, ainsi que des anciens cadres de grands groupes financiers à la retraite ou devenus consultants. Ils nous permettent de sourcer environ un tiers de nos dossiers et nous aident à les qualifier», détaille Paul Mizrahi.

Sur le même sujet

A lire aussi