Renaud Laplanche remonte sur le ring du crowdfunding

le 10/04/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fondateur déchu de LendingClub s’est appuyé sur les mêmes partenaires pour créer une start-up concurrente.

Renaud Laplanche crée Upgrade, start-up de crowdfunding.
Renaud Laplanche, le fondateur évincé de LendingClub, crée Upgrade, une autre start-up de crowdfunding.
(Photo DR.)

La ferveur des entrepreneurs est tenace dans la finance alternative. Jeudi dernier, le français Renaud Laplanche a annoncé la création d'une nouvelle start-up de crowdfunding, baptisée Upgrade, près d'un an après avoir été évincé de LendingCLub, la société de prêts entre particuliers qu'il avait fondée en 2006. Difficile de ne pas voir un esprit revanchard dans les similitudes entre les deux sociétés.

Basée à San Francisco, Upgrade a été cofondée en août avec Soul Htite, le PDG du prêteur en ligne chinois Dianrong. Elle dit avoir levé 60 millions de dollars (56 millions d'euros) en capital et en obligations convertibles auprès d'un large groupe d’investisseurs, dont les fonds de capital-risque américains Union Square Ventures, Ribbit Capital et Vy Capital et la Silicon Valley Bank, mais aussi le spécialiste chinois des prêts en ligne CreditEase et le gérant d’actifs chinois Noah Holdings.

Union Square Ventures était justement le fonds de venture capital qui avait porté LendingClub à ses débuts. «Nous nous réjouissons de soutenir Renaud une nouvelle fois, après avoir travaillé à ses côtés à LendingClub durant plusieurs années», déclare dans un communiqué Fred Wilson, directeur associé du VC.

Upgrade fera directement concurrence à LendingClub en proposant des crédits à la consommation sans passer par le système bancaire traditionnel. Mais, contrairement à la société cotée, elle ne vendra les prêts qu’à de grands gérants d’actifs, et non à des investisseurs individuels. Les crédits seront émis par la banque WebBank, basée à Salt Lake City (Utah), spécialisée dans le prêt de pair à pair et qui travaille déjà avec LendingClub. Upgrade lui achètera les prêts et en gardera une partie sur son bilan.

La start-up est conseillée par la banque d’investissement Jefferies, qui devrait également lui acheter des prêts et l’aider à lancer un programme de titrisation. Renaud Laplanche avait démissionné de LendingClub en mai 2016 après que l'entreprise eut reconnu avoir vendu 22 millions de dollars de prêts à Jefferies sans respecter les conditions fixées par la banque. Les prêts avaient ensuite été rachetés par Lending Club et Jefferies n’avait pas subi de pertes.

La persévérance de Renaud Laplanche n’est pas sans rappeler, dans une moindre mesure toutefois, celle d’Eric Charpentier, fondateur de la start-up de cagnottes en ligne Morning, dont il a été évincé suite à un conflit avec la Maif. Depuis, il a maintes fois affirmé sa volonté de recommencer l’aventure en créant une autre start-up concurrente de Morning. 

Sur le même sujet

A lire aussi