Funding Circle enchaîne les succès au Royaume-Uni

le 13/01/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La plate-forme de prêts aux PME vient de lever 82 millions de livres. Elle est devenue profitable au quatrième trimestre 2016.

Funding Circle enchaîne les succès au Royaume-Uni

C’est une marque de confiance envers les fintechs et l’économie britannique, s’est réjoui hier le Chancelier de l’Echiquier Philip Hammond. La plate-forme de financement participatif Funding Circle, qui accorde des prêts à des petites entreprises britanniques, européennes et américaines, a annoncé avoir levé 82 millions de livres (94,6 millions d’euros) de capital auprès d’un groupe d’investisseurs emmené par la société de capital-risque Accel et comprenant notamment le fonds singapourien Temasek. Les fonds levés sont destinés à l’investissement technologique dans la plate-forme et aux recrutements. La société emploie 600 personnes dans le monde, dont 330 au Royaume Uni.

Les inquiétudes sur Funding Circle ont donc été balayées. En juin 2016, alors qu’elle venait de décrocher un prêt de 100 millions de livres de la Banque européenne d’investissement (BEI), elle craignait que le Brexit nuise à sa capacité à se financer. C’est finalement l’inverse qui s’est produit : la semaine dernière, elle a décroché un investissement de 40 millions de livres de la part du gouvernement britannique, inquiet que le Brexit limite le crédit aux entreprises. Au total, la startup a levé 300 millions de livres depuis sa création en 2010. Sa valorisation dépasserait le milliard de dollars, selon TechCrunch.

2,5 milliards de livres
prêtés depuis 2010

La plate-forme dénombre 60.000 investisseurs accrédités (individuels, entreprises et agences gouvernementales). Elle aimerait devenir accessible aussi aux investisseurs particuliers. Elle a permis de prêter 2,5 milliards de livres à 25.000 entreprises depuis 2010, dont 1,1 milliard de livres en 2016. Au quatrième trimestre, ses opérations britanniques sont devenues profitables. Sa division locale a déjà distribué plus de 100 millions de livres en intérêts, et vise un rendement annuel de 7%. Les régulateurs britanniques ont néanmoins mis en garde contre les risques du secteur, dus notamment à la faiblesse de certains contrôles de crédit sur les PME. 

C’est hors de son marché d’origine que la société a rencontré des difficultés. Aux Etats-Unis, la startup a divisé par deux son volume de prêts début 2016, estimant les rendements insuffisants. En Europe, elle a subi le départ du dirigeant des activités continentales, Matthias Knecht, en juin 2016. Celui-ci était le co-fondateur de la plate-forme Zencap, acquise par Funding Circle en octobre 2015 pour s’étendre en Allemagne, en Espagne et aux Pays-Bas.  

Sur le même sujet

A lire aussi