La fintech Morning et la Maif se déchirent

le 13/12/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La fintech Morning et la Maif se déchirent

La fintech toulousaine Morning (ex-Payname), qui avait l'ambition de proposer une banque en ligne collaborative, a dû suspendre temporairement ses services sur fond de tensions avec son actionnaire de référence, la Maif. Dans un communiqué publié sur son site, la start-up explique que «depuis le 7 décembre, Morning est sous le coup d’une injonction de l’ACPR (l’autorité régulatrice du secteur financier) l’obligeant à mettre entre parenthèses ses activités le temps de régulariser la situation de son compte de cantonnement. Pour rappel, le compte de cantonnement est un compte sur lequel est stocké l’ensemble des fonds détenus par les clients de Morning. Or, une partie de ce compte de cantonnement a été nantie (c’est-à-dire bloquée) afin de répondre aux obligations de garanties nécessaires pour le lancement des prochaines cartes de paiement Morning».

Mais la société affiche aussi depuis le 17 novembre une trésorerie négative. «Pour répondre aux besoins de l’ACPR, Morning a besoin de fonds supplémentaires et jusqu’alors, aucun accord n’a été trouvé avec son actionnaire principal», dénonce la fintech, qui y voit «un problème malheureusement commun de communication entre une startup et son actionnaire principal qui semble déterminé à tuer le projet». La Maif détient aujourd'hui 38% du capital de Morning au travers de son fonds Maif Avenir, dans laquelle l'assureur avait investi 4 millions d'euros en octobre 2015 à l'occasion d'un tour de table de 5 millions.

Sur le même sujet

A lire aussi