Partenariat

Dossier

Investissements illiquides - Changez votre regard et voyez les infrastructures en vert

Natixis Investment Managers
Investissements illiquides - Changez votre regard et voyez les infrastructures en vert

Recherche rendement désespérément. Pour les investisseurs en quête de rendement, déprimés par les taux négatifs des obligations d’Etat, s’exposer aux classes d’actifs illiquides est une solution. Le non-coté permet de percevoir des revenus stables et réguliers sur le long terme, relativement plus attractifs que ceux offerts par les actifs traditionnels. 
Toutefois, une allocation d’actifs judicieuse ne suffit pas toujours pour atteindre ses objectifs d’investissement. Penser différemment peut s’avérer un moteur de performance à ne pas négliger. Natixis Investment Managers distribue les fonds d’une vingtaine d’affiliés, dans le monde entier. Chacun de ces affiliés est unique et se démarque par la singularité de son approche.   
Nous vous proposons pendant quatre semaines de faire avec eux un pas de côté pour regarder une classe d’actifs alternative sous un angle différent : le Private Equity en se concentrant sur les entreprises de taille intermédiaires avec une exposition mondiale, la dette privée infrastructures en se concentrant sur la transition énergétique, la dette privée entreprises avec un prisme ESG et les infrastructures investies en fonds propres en faisant de la proximité avec les parties prenantes la clef de voute du financement du projet et de sa réussite.

  

Comment générer des revenus stables sur le long terme grâce à de la dette infrastructure intégrant les critères ESG ?

Points clés :

  • Les investisseurs institutionnels doivent s’assurer une source de revenus durable tout en répondant aux attentes de plus en plus exigeantes en matière de politique ESG. Le défi à relever pour atteindre ces deux objectifs est considérable.
  • Entre 2017 et 2035, le monde aura besoin de 69 000 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures. Le marché mondial de la dette d’infrastructures a atteint 280 milliards de dollars en 2018, réparties sur plus de 900 transactions.
  • La dette liée aux infrastructures reposant sur les énergies renouvelables a été multipliée par 9 depuis 2005 et devrait encore augmenter. Cette dynamique devrait également engendrer davantage de projets de mobilité verte et de bâtiments publics économes en énergie.

Retrouvez ici l’intégralité de l’article : Revenus stables et infrastructures « vertes » : un duo gagnant ?