Dossier

La longue marche de la Chine vers un nouveau modèle de développement

Le président de la Chine, Xi Jinping, devrait voir son mandat reconduit lors du 19e congrès du Parti communiste chinois.
Le président de la Chine, Xi Jinping, devrait voir son mandat reconduit lors du 19e congrès du Parti communiste chinois.
(Photo UE-CE.)

Quel avenir  économique pour la Chine ? La deuxième économie du monde, qui connait un tassement du rythme de l'activité depuis 2015, pourrait devoir faire son deuil de la croissance mirobolente à deux chiffres qu'elle a connu durant les décennies 1990 et 2000.

Début 2016, un haut conseiller du gouvernement, estimait que l'économie chinoise aura le plus grand mal à dépasser 6,5% de croissance de 2016 à 2020 en raison du ralentissement de la demande mondiale et de la hausse du coût du travail. L'économie chinoise pâtit de la faiblesse de la demande mondiale et de la normalisation de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Sous la houlette du président Xi Jinping, Pékin fait le maximum pour garder bien en main le pilotage de l'économie tout en poursuivant ses réformes financières avec prudence. Le pouvoir met en oeuvre des mesures ciblées contre l'excès d'endettement, notamment le "shadow borrowing" des administrations locales. La question de la stabilité financière, dans un pays où la dette non financière pourrait atteindre 300% du PIB à horizon 2022 selon le FMI, est regardée de près par les investisseurs internationaux.

Les autorités du pays cherchent à contenir l’inflation des prix du logement. Au cours de l'été 2017, elles ont essayé de restreindre la spéculation immobilière dans plusieurs villes en décourageant les grandes banques de se financer à court terme avec des certificats de dépôt, et en limitant les investissements à risque des fonds monétaires.

A plus long terme, le pouvoir maintient son objectif de rééquilibrer son modèle de développement vers plus de demande intérieure.