La chronique de l'actualité

Les gérants alternatifs se muent en géants de la gestion

le 14/03/2019

Alexandre Garabedian

Un nouvel acteur va boxer dans la catégorie poids lourds des supermarchés de la gestion alternative. En annonçant mercredi la prise de contrôle de l’américain Oaktree, le canadien Brookfield Asset Management signe l’une des plus grosses transactions intervenues dans le secteur ces dernières années. Le nouvel ensemble affichera 475 milliards de dollars d’encours cumulés, un niveau équivalent à celui de l’américain Blackstone. Très présent dans l’investissement immobilier et les infrastructures, un peu moins dans le private equity, Brookfield n’était pas aussi diversifié que ses grands concurrents. Ce sera désormais le cas grâce àOaktree, puisque le groupe canadien ajoute à sa palette une expertise de premier plan dans le crédit, notamment la dette décotée.

Le prix payé par l’acquéreur, 4,8 milliards de dollars pour 62% du capital d’Oaktree, reflète une période faste pour les gérants alternatifs. Ces acteurs sont les grands gagnants de l’après-crise financière dans l’asset management, avec les fournisseurs de fonds indiciels cotés à l’autre bout du spectre. Ils ont bénéficié de l’écrasement des taux d’intérêt, qui a poussé les investisseurs à chercher du rendement dans les actifs non cotés. Ils profitent aussi d’un puissant mouvement de désintermédiation qui permet aujourd’hui à un fonds comme Blackstone de financer des entreprises à l’égal d’une grande banque. Les marges confortables de ces acteurs restent relativement à l’abri des pressions que subissent les gestionnaires traditionnels présents sur l’obligataire ou les actions cotées.

Venus du LBO, les Apollo ou KKR n’ont donc eu de cesse d’élargir leur champ d’action ces dix dernières années pour être présents sur toute la palette des actifs réels. C’est aussi le chemin que prennent, à une plus petite échelle, des gérants européens tels qu’Ardian et Tikehau. Vu les niveaux de valorisation atteints aujourd’hui par ces fonds de commerce, les candidats à d’autres rapprochements ne devraient pas manquer.

Sur le même sujet

A lire aussi