La chronique de l'actualité

Ingenico fait les frais de l’indigestion des marchés

le 03/10/2018

Alexandre Garabedian

Les marchés de dette ont beau accueillir à bras ouverts les grandes entreprises, leur appétit n’est pas insatiable. Ingenico l’a découvert à ses dépens. Le spécialiste des solutions de paiement a renoncé lundi à placer des obligations hybrides, ces instruments à mi-chemin entre la dette et les fonds propres et qui permettent aux corporates de renforcer leur capital. Le groupe comptait lever au moins 300 millions d’euros par ce biais. Il avait déjà passé plusieurs jours, avec ses banques conseils, à tenter de convaincre les investisseurs.

Officiellement, Ingenico a joué de malchance. Les inquiétudes sur le budget italien ont rendu le marché plus volatil ces derniers jours. En outre, deux gros émetteurs l’ont précédé sur ce compartiment de la dette hybride. EDF, le 25 septembre, et Vodafone, le lendemain. L’opérateur télécom britannique a signé la plus grosse transaction de l’année en empruntant 2,5 milliards d’euros. Ces deux signatures bien connues des investisseurs obligataires ont certainement contribué à assécher un marché qui n’est pas extensible. Les émissions de dette hybride en euros par des corporate atteignent déjà 14 milliards cette année, soit 2 milliards de plus que les volumes enregistrés sur l’ensemble de l’an dernier.

Mais le report de l’opération Ingenico reflète aussi d’autres interrogations. Les investisseurs, qui continuent à s’interroger sur l’avenir des terminaux de paiements et sur la capacité du groupe à réussir sa mutation numérique, avaient des raisons de se montrer difficiles. Le spécialiste des paiements n’avait jusqu’à présent jamais placé d’instruments hybrides ; il ne juge pas utile de se faire noter par des agences ; enfin, il a révisé ses objectifs financiers à la baisse en 2018. Au-delà, c’est tout le marché de la dette qui donne des signes d’indigestion après avoir été particulièrement sollicité au mois de septembre. A l’heure où la BCE retire progressivement son soutien, il va falloir s’habituer à voir d’autres contretemps de ce genre.

Sur le même sujet

A lire aussi