La chronique de l'actualité

Le LSE choisit de ne pas faire de vagues

le 16/04/2018

Alexandre Garabedian

Cinq mois, c’est le temps qu’il aura fallu à la Bourse de Londres pour trouver un remplaçant à son ancien directeur général Xavier Rolet. Le London Stock Exchange a jeté son dévolu sur un dirigeant de Goldman Sachs, l’Américain David Schwimmer, dont la notoriété est quelque peu éclipsée par celle de son homonyme, l’acteur de la série télévisée Friends. De fait, cet Américain de 49 ans est apprécié pour sa connaissance des marchés financiers, mais n’a pas vraiment le profil d’un patron flamboyant comme l’était son prédécesseur. Xavier Rolet, qui était arrivé aux commandes du groupe britannique 2009, s’était en effet mué au fil du temps en farouche défenseur des intérêts de la City face à l’Europe continentale. Un rôle qu’il avait pris encore plus à cœur depuis le vote sur le Brexit. Le Français a surtout multiplié par 10 la valeur des actions de la Bourse de Londres en diversifiant ses activités grâce à des acquisitions d’envergure, notamment celle des indices Russell. C’est finalement l’échec de son projet le plus ambitieux, la fusion avec la Bourse de Francfort, qui a précipité son départ fin 2017. L’évènement, on s’en souvient, avait provoqué une bataille ouverte entre le fonds activiste TCI, favorable au maintien de Xavier Rolet, et le conseil d’administration de l’opérateur londonien.

Le choix de David Schwimmer apparaît donc comme un moyen de calmer le jeu après cet épisode tourmenté. Le nouveau directeur général, qui prendra ses fonctions le 1er août, a toutes les raisons de ne pas faire de vagues à la tête d’un groupe efficace. Il devrait poursuivre en mode mineur la stratégie de son prédécesseur, en espérant que le Brexit ne fasse pas tomber le London Stock Exchange de son piédestal boursier.

Sur le même sujet

A lire aussi