La chronique de l'actualité

Spotify, une cotation à sensations fortes

le 03/04/2018

Alexandre Garabedian

Le jour de gloire est arrivé pour Spotify. Ce mardi après-midi, le numéro un mondial de l’écoute de musique en ligne fera ses débuts boursiers à Wall Street. Et il a choisi pour cela une procédure originale : la cotation directe. L’avantage ? Le groupe suédois mettra directement ses titres aux enchères. Il se passera de banques et pourra donc économiser des coûts d’introduction en Bourse qui avoisinent généralement 5% du montant de la transaction. Tous les types d’investisseurs seront en outre placés à armes égales : les particuliers pourront donc acheter des actions Spotify dans les mêmes conditions et au même moment que des fonds spéculatifs. Ce n’est jamais le cas dans un processus de cotation classique : les investisseurs professionnels sont très proches des banques chargées de vendre les titres et sont assurés d’être servis les premiers. 

L’inconvénient de la cotation directe, c’est que ce système d’enchères rend les prix beaucoup plus volatils, à la hausse comme à la baisse. L’action Spotify pourrait donc connaître une première journée à Wall Street en forme de montagnes russes. Les petits porteurs qui voudraient souscrire à l’offre devront avoir le cœur bien accroché. Et ils seront nombreux : compte tenu de la popularité de son service de streaming, le groupe s’attend à ce que les particuliers se bousculent au portillon.

Mais en Bourse, la vérité du jour n’est pas celle du lendemain. En 2012, la cotation de Facebook avait viré à la catastrophe en raison de problèmes techniques sur le marché américain du Nasdaq. Cela n’a pas empêché le brillant parcours boursier que l’on sait.

Sur le même sujet

A lire aussi