La chronique de l'actualité

Spotify joue son introduction en Bourse en solo

le 02/03/2018

Alexandre Garabedian

Le pari est audacieux. Spotify, le géant suédois du streaming musical a déposé mercredi soir son projet d’introduction à la Bourse de New York, mais il a choisi pour cela une méthode peu banale : la cotation directe. D’ordinaire, les entreprises de cette taille ont recours aux services de banques, qui vont prendre pendant plusieurs jours la température des investisseurs afin de déterminer le juste prix des actions à vendre. Si la demande est trop faible, il arrive d’ailleurs que la société renonce à se coter. Spotify, lui, a décidé de se passer d’intermédiaires et de se jeter d’un coup dans le grand bain boursier. Impossible donc, d’estimer à l’avance le prix de ses actions : rendez-vous le jour J, au plus tôt fin mars compte tenu des délais légaux à Wall Street.

Grâce à cette méthode, Spotify évitera de payer des dizaines de millions de dollars de commissions à ses banques. Autre avantage, les actionnaires du groupe ne seront pas tenus de conserver leurs titres pendant un certain temps sans pouvoir les vendre, comme c’est le cas lors des procédures classiques.

Le risque, bien sûr, est que le plongeon de Spotify se transforme en bouillon. A fin décembre, le groupe estimait la valeur de son action à plus de 120 dollars. C’est 70 dollars de hausse en un an. Pas sûr que les investisseurs partagent cet optimisme en regardant d’autres indicateurs. Spotify a certes fait passer l’an dernier son chiffre d’affaires de 3 à 4 milliards de dollars, mais il a aussi creusé sa perte opérationnelle. Et comme c’est l’usage dans la tech, les fondateurs bénéficient d’actions à droit de vote multiple qui leur permettent de contrôler toutes les décisions du groupe avec seulement 36% du capital. On a vu récemment chez Uber les limites de ce type de gouvernance

La réaction du marché le jour de la cotation de Spotify sera donc passionnante à observer. En cas de dégringolade, les banques se sentiront vengées. Un succès pourrait en revanche inspirer d’autres candidats à la cotation.

Sur le même sujet

A lire aussi