La chronique de l'actualité

La Chine presse le pas dans ses acquisitions à l’étranger

le 04/02/2016

Philippe Mudry

Les entreprises chinoises ont battu leur record d’acquisitions à l’étranger l’an dernier : elles ont approché pour la première fois 120 milliards de dollars en valeur.

L’acquisition de Syngenta montre que le mouvement va puissamment s’accélérer.

ChemChina, numéro un chinois de la chimie et multirécidiviste de la croissance externe, va mettre 43 milliards d’euros sur la table pour s’offrir le géant suisse des semences et des pesticides Syngenta.

Du coup, le montant des investissements chinois en Europe s’apprête à faire un bond spectaculaire.

Il ne dépassait qu’à peine 25 milliards de dollars en 2015, soit un cinquième des achats chinois à l’étranger.

Surtout, le montant hors norme de ce rachat montre que Pékin est plus décidé que jamais à poursuivre ses emplettes à l’étranger dans les secteurs jugés stratégiques.

Chacun connait les difficultés que traversent la Chine, et sa préoccupation devant les sorties de capitaux records qu’elle subit du fait des turbulences financières récentes.

Celles-ci ont atteint elles aussi un niveau record, à 700 milliards de dollars, et le pouvoir chinois n’a aucune envie de voir cette saignée continuer.

Mais les sorties de capitaux résultant d’investissements stratégiques sont d’un autre ordre.

Ils sont la garantie que l’économie chinoise pourra, comme prévu, monter en gamme, laisser à d’autres les productions à basse valeur ajoutée et venir vite concurrencer les grandes économies occidentales sur leur propre terrain.

Aussi y a-t-il gros à parier que d’autres opérations aussi spectaculaires suivront bientôt.

L’investissement important que l’industrie nucléaire chinoise s’apprête à faire au Royaume Uni aux côtés d’EDF en est un exemple évident.

A lire aussi