La chronique de l'actualité

Les marchés pris à contre-pied par l’effondrement imprévu du brut

le 18/01/2016

Décidément, 2016 commence sur de noirs auspices.

Après la Chine, qui leur a valu un début d’année calamiteux, c’est l’effondrement imprévu des cours du pétrole qui les prend à contre-pied et aggrave la baisse des indices par ses conséquences redoutables.

Bourses et marchés de taux ont donc subi une nouvelle sévère correction à mesure que le pétrole, ayant enfoncé le seuil des 30 dollars le baril, se dirigeait vers de nouveaux planchers.

En soi, ce nouvel accès de faiblesse n’est pas surprenant, puisque résultant du ralentissement chinois qui est au centre des radars des investisseurs.

Mais leur déroute présente les a largement pris de court, d’autant qu’ils ne s’attendaient pas à une levée rapide des sanctions contre l’Iran et à son retour imminent sur le marché pétrolier.

Dès lors, pour les analystes de Wall Street, les cours pourraient descendre à 20 dollars le baril.

Un niveau jugé déraisonnable il y a peu et qui porterait à 80% - on croit rêver ! – la baisse des cours en 18 mois !

Les conséquences pour les marchés sont immenses.

La déprime économique qu’il reflète et le courant déflationniste qu’il nourrit torpillent les taux d’intérêt partout, y compris aux Etats-Unis.

Or une baisse générale des taux de marché américains est simplement incompatible avec la remontée résolue des taux administrés qu’annonce la Réserve fédérale.

L’un de ses membres les plus écoutés, le président de la FED de St. Louis James Bullard, l’a reconnu sans ambages.

Il vient de constater la forte baisse des anticipations d’inflation aux Etats-Unis contraire au scénario de la FED qui prévoit sa remontée progressive à 2%.

Si la boussole de la FED se brouille, celle des marchés pourrait devenir totalement illisible !

A lire aussi