La partie longue des taux euro remonte fort

le 15/02/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La reflation, la normalisation de la courbe des swaps et le flux d’émissions de très long terme contribuent au mouvement.

émission de souverains en euro sur le long terme
Les souverains euro vont continuer à émettre d’importants montants sur le long terme.
(Image Pete Linforth / Pixabay)

Les marchés ont été hésitants, la semaine passée, alternant entre hausses et baisses mais à des niveaux historiquement élevés. «Cela confirme la résilience des marchés, avec une consolidation en mode risk-on», affirme Florent Pochon, stratégiste chez Natixis, précisant que l’indice de perception du risque a rejoint les niveaux bas de janvier 2020. Une situation durable tant que la perspective de reprise et la vigilance des banques centrales perdurent.

Ce pari sur la reflation est particulièrement visible sur les courbes de taux, aux Etats-Unis, mais aussi en zone euro. «Le mouvement sur la partie très longue de la courbe (10-30 ans) est impressionnant, note Adam Kurpiel, stratégiste taux chez Société Générale CIB. Le swap 30 ans est revenu à 0,25%, le Bund 30 ans en territoire positif et le 50 ans OAT a progressé à 50 points de base (pb)».

La reflation, qui a notamment porté les taux américains, soutenus par la relance budgétaire, a un impact sur les taux nominaux au travers des anticipations d’inflation. «La courbe européenne ne peut l’ignorer, affirme Adam Kurpiel. Plus l’écart de taux se creuse, moins la dette de la zone euro est attractive par rapport à la dette américaine, et plus les investisseurs réclament une prime, ce qui fait remonter les taux». La normalisation de la courbe des swaps réelle, qui s’était inversée l’an dernier sous -40 pb, un mouvement typique des périodes de stress, a aussi aidé à la repentification, en redevenant positive.

Le montant élevé des émissions a aussi joué sur la courbe. «La préférence des souverains pour la partie longue s’est accentuée depuis la crise, avec la hausse des déficits publics, et la volonté de profiter des taux bas», explique le stratégiste. L’offre de duration a été encore plus forte en janvier 2021 avec 120 milliards d’euros (volume en équivalent de duration 10 ans) émis au-delà du 10 ans (sur 145 milliards) comparé à 80 milliards l’an dernier. La France, la Belgique et l’Espagne ont proposé un montant cumulé de 17 milliards d’euros à 50 ans. Et ce repricing des courbes se fait malgré une demande qui reste soutenue. L’émission de l’Espagne à 50 ans a été couverte 13 fois.

La repentification de la courbe euro n’est pas terminée. La thématique de la reflation va durer avec le plan de relance américain. Les émetteurs souverains euro vont continuer d’émettre des montants importants sur le long terme. L’Italie est attendue à 30 ans, voire 50 ans. Certains évoquent même un emprunt à 100 ans.

Sur le même sujet

A lire aussi