La Perla compte sur la Bourse pour se redresser

le 05/09/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société de lingerie choisit une cotation directe sur Euronext Growth.

La Perla, marque spécialisée en lingerie et vêtements de nuit et de plage
La Perla est une marque spécialisée dans la lingerie et les vêtements de nuit et de plage.
(Photo La Perla.)

Le glamour fait son entrée sur Euronext Growth. La Perla Fashion, marque spécialisée dans la lingerie et les vêtements de nuit et de plage, a annoncé hier son intention de s’introduire en Bourse demain vendredi.

Il s’agit d’une cotation directe. Aucune augmentation de capital n’est prévue. Les quelques 105 millions d’actions seront simplement cotées au prix de 4,50 euros l’unité. La capitalisation de La Perla s’élèvera donc à 473 millions d’euros. La société d’origine italienne a signé un contrat de liquidité avec Invest Securities, qui agit aussi en qualité d’agent pour l’opération.

A l’issue de la cotation, son actionnariat restera inchangé : l’entreprise est contrôlée indirectement à hauteur de 72% de son capital par Tennor Holding. Ce dernier, ex-Sapinda, est le fonds de Lars Windhorst, impliqué dans les difficultés de la société de gestion H2O AM, qui avait investi dans des obligations privées illiquides émises par l’homme d’affaires allemand controversé. H2O détient en outre 9,5% du capital de La Perla.

On peut se demander ce qui pousse La Perla à s’introduire en Bourse, puisqu’elle ne bénéficiera pas de moyens financiers supplémentaires, ni de l’entrée au capital d’un actionnaire en mesure d’apporter des ressources financières ou stratégiques. Car la société est à la peine.

Selon la note d’opération, son chiffre d’affaires a reculé de 28% en 2018 à 106 millions d’euros, tandis que sa perte opérationnelle a été réduite de près de moitié, à 91 millions. Selon des éléments comptables obtenus par le Financial Times le mois dernier, la société, acquise par Tennor en février 2018, avait budgété un chiffre d’affaires de 169 millions et une marge brute de 68% la même année, contre 41% publiés. Selon sa note, La Perla prévoit désormais un Ebitda positif en 2020, pour plus de 130 millions d’euros de chiffre d’affaires et 200 millions en 2022. Sa dette nette a atteint 103 millions en 2018; suite au problème de liquidité de certains de ses fonds, H2O AM a dégradé la valeur des obligations La Perla détenues par le gestionnaire.

«La cotation à Paris de La Perla Fashion Holding, un marché de capitaux de premier plan pour les entreprises du luxe, augmentera la visibilité de La Perla et améliorera son accès au capital», assure dans un communiqué Pascal Perrier, directeur général du groupe, débauché en 2018 de Burberry. En restructuration, l’entreprise entend se concentrer dans le luxe et les points de vente les plus rentables. Elle abandonnera les produits qui «perturbent» la visibilité de la marque, comme les chaussures, les sacs à main et le prêt-à-porter, a précisé Pascal Perrier à l’agence Bloomberg hier.

Sur le même sujet

A lire aussi