La Fed prête à lâcher du lest

le 20/06/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Réserve fédérale a maintenu ses taux directeurs inchangés, mais le marché table déjà sur des baisses.

Jerome Powell, président de la Fed, lors de la conférence de presse du 19 juin 2019.
Jerome Powell, le président de la Fed, lors de la conférence de presse du 19 juin 2019.
(Crédit Fed.)

En apparence, sa position n’a pas changé, mais la banque centrale américaine semble bien ouvrir la voie à de possibles baisses de taux. L’inflexion dans la position de la Fed, mercredi, à l’issue de la réunion du comité de politique monétaire de la banque centrale (FOMC), n’a pas échappé aux marchés.

Certes, la Réserve fédérale a maintenu ses taux directeurs inchangés, dans une fourchette de 2,25% à 2,50%. Mais pour la première fois depuis plusieurs mois, elle ne parle plus de «patience» dans l’ajustement de ses taux directeurs. La Fed n’a pas abaissé son taux directeur mercredi car le comité souhaitait disposer d’informations supplémentaires. Au vu des incertitudes grandissantes quant à la conjoncture des Etats-Unis, la Fed «suivra étroitement» les statistiques économiques et «agira de façon appropriée si nécessaire», a précisé en conférence de presse son président, Jerome Powell.

«C’est leur plus grosse concession : ils sont prêts à ouvrir la porte à une baisse des taux. Ils ont suivi les attentes du marché (forward guidance)», précise à L’Agefi Vincent Juvyns, stratégiste de marché chez JP Morgan Asset Management.

Outre dans sa communication, son inflexion apparaît dans ses projections économiques. Elle ne s’attend plus qu’à une inflation de 1,5% cette année, contre 1,8% dans les projections de mars. «Rien à ce stade ne semble signifier que nous soyons en récession : il y a eu une bonne rentrée des marchés crédits et actions (depuis le début de l’année)», nuance Vincent Juvyns. Beaucoup attendent les prochaines données macro-économiques d’ici la prochaine réunion du FOMC, fin juillet. «Un ralentissement continu du taux de croissance, une dégradation des chiffres de l’emploi en juin, et une inflation lente, peuvent suffire à la Fed pour qu’elle réduise ses taux ces prochains mois», ajoute Matthew Luzzetti, chef économiste pour Deutsche Bank US.

Du côté des marchés, à l’issue de la publication du communiqué de la Fed, 94,2% tablaient sur une baisse des taux à l’issue du prochain FOMC, fin juillet, et 85% à celui de septembre. «Nous continuons à penser que la Fed réduira son taux par trois fois d’ici la fin de l’année, avec une première réduction intervenant en juillet», précise Matthew Luzzetti. Plusieurs évoquent une baisse intégrée par le marché de 50 points de base (pb) des taux cette année.

La Bourse a accru ses gains après les annonces de la Fed et les propos de son président. L'indice Dow Jones a gagné 0,15%, le S&P-500 0,30%, et le Nasdaq Composite 0,42%. De son côté, le dollar a cédé 0,41% face aux autres devises, et l'euro gagnait 0,31% à 1,226 dollar.

Sur le même sujet

A lire aussi