Euronext s’apprête à accueillir un géant de la tech

le 31/05/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le conglomérat sud-africain Naspers entend coter à Amsterdam jusqu’à 27% de l'entité qui regroupera ses activités internet internationales, via un mécanisme original.

Le conglomérat sud-africain Naspers
L’entité néerlandaise que Naspers veut coter s’appelle provisoirement «NewCo».
(Bloomberg)

Il s’agit probablement de l’introduction en Bourse (IPO) de l’année, un signe de plus du retour des investisseurs vers le marché européen après un premier trimestre à l’encéphalogramme plat : le conglomérat sud-africain Naspers a communiqué certains détails relatifs à la prochaine cotation de ses activités internationales de commerce électronique.

Naspers prévoit de conserver une participation d’au moins 73% dans la nouvelle société. Désignée par son nom provisoire «NewCo», elle sera cotée à la Bourse d’Amsterdam et bénéficiera d’une cotation secondaire à Johannesburg. L’opération – prévue le 17 juillet mais qui doit encore être approuvée par les actionnaires réunis en assemblée générale extraordinaire ce matin – présente un mécanisme original : les actionnaires actuels de Naspers recevront des actions ordinaires Naspers nouvellement émises ; après l’admission de la NewCo, ils pourront soit les conserver, soit demander à les échanger contre des actions NewCo.

Naspers confirme que l’entité néerlandaise regroupera l’ensemble de ses participations en dehors d’Afrique du Sud liées à internet. Soit un portefeuille particulièrement international et diversifié : tourisme, livraisons, paiements, fintech, petites annonces, éducation etc. Le groupe cite notamment Mail.ru, OLX, Avito, Letgo, PayU, Tencent, iFood, Swiggy, DeliveryHero, Udemy, eMag et MakeMyTrip.

Estimation
à 126 milliards d’euros

Mais Tencent constituera le cœur de ce portefeuille : la participation de 31% dans le mastodonte chinois des services internet et mobiles (messageries, réseaux sociaux, enchères, jeux et télévision en ligne…) valait à elle seule 121 milliards de dollars au cours de mercredi (soit 109 milliards d’euros). Selon le Wall Street Journal, qui cite des dirigeants du groupe, Naspers espère atteindre une valeur comptable d’environ 126 milliards d’euros.

L’idée d’une cotation secondaire et d’une possibilité d’échange doit faciliter l’acceptation de l’opération par les actionnaires, qui pourraient regretter de voir une partie de leurs actifs partir dans une juridiction traitée de manière moins avantageuse par le fisc sud-africain. «Nous ne voulions pas forcer, ni causer des désagréments à certains de nos actionnaires qui auraient immédiatement été imposés sur leurs plus-values avec la nouvelle cotation. Nous avons décidé de procéder à une augmentation de capital qui donnera aux investisseurs l’alternative d’accepter les actions Naspers ou de la NewCo», a indiqué le directeur général de Naspers Bob Van Dijk dans un entretien téléphonique à l’agence Bloomberg. Cotée à Johannesburg, la NewCo sera traitée comme une action locale.

La double cotation permet également de résoudre une contrainte pour Naspers. Le conglomérat pèse près de 25% de la cote de la Bourse de Johannesburg (contre 5% en 2013). Or, les fonds sud-africains ne peuvent avoir une exposition de 25% sur un seul titre, ce qui force certains à vendre le titre, provoquant une décote : Naspers ne capitalise que l’équivalent de 85 milliards d’euros.

Après l’IPO de ses actifs internet internationaux, Naspers ne conservera que ses actifs dans les médias et les activités en ligne Takealot et Property24. Le conglomérat a ajouté qu’il tiendrait l’engagement pris l’année dernière d’investir 3,2 milliards de rands (190 milliards d’euros) dans les entreprises sud-africaines.

Sur le même sujet

A lire aussi