Theresa May joue sa dernière cartouche sur le Brexit

le 20/05/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Première ministre britannique va proposer une nouvelle offre audacieuse pour faire accepter aux députés son accord de sortie de l’UE.

Theresa May, Première ministre britannique
Theresa May, Première ministre britannique
(Crédit Gov. UK.)

Pour Theresa May, c’est bientôt le clap de fin. Après des semaines de pourparlers, les négociations entre le parti conservateur et le parti d’opposition travailliste pour trouver une solution à la mise en oeuvre du Brexit ont été rompues vendredi.

La Première ministre britannique ne renonce pas pour autant à soumettre à nouveau l’accord de Brexit, déjà rejeté trois fois par les députés, au vote du Parlement dans la semaine débutant au 3 juin. Dans une tribune publiée hier dans le Sunday Times, Theresa May a même tenté de jouer sa dernière carte en indiquant que le texte de loi qui serait proposé constituerait une « offre nouvelle et audacieuse », avec un « package amélioré de mesures, capable d'obtenir le soutien » du Parlement.

De l’avis général, ces nouvelles promesses, qui incluraient le maintien des normes européennes en matière de droits des travailleurs, ne devraient pas suffire à obtenir l’aval des députés sur le texte de retrait.

Sur la sellette depuis des mois, Theresa May vit d’ailleurs ses derniers jours au poste de Première ministre : jeudi, elle a été contrainte d’accepter d'annoncer un calendrier pour l'élection d'un nouveau leader du Parti conservateur lors d’une réunion avec les membres de son parti. Ce qui revient à désigner le nouveau Premier ministre du pays. Sa démission, qui devrait intervenir dès le rejet de l’accord de retrait début juin, déclencherait le démarrage d’une campagne pour élire le nouveau chef du parti Conservateur. Les députés devront alors réduire leur choix à deux candidats sur une liste potentielle de dix intéressés. Cette course à la présidence du parti devrait se dérouler durant l’été de façon à avoir un nouveau chef de parti en place dès septembre, soit à temps pour la sortie du Royaume-Uni de l’UE prévue désormais le 31 octobre prochain.

Dans un sondage publié samedi par YouGov pour le Times, Boris Johnson serait, à ce jour, le candidat préféré au sein du parti conservateur, avec quelque 39 % des intentions de vote suivi par l’ancien secrétaire d’Etat au Brexit, Dominic Raab, avec 13 %. Si les deux candidats se retrouvaient en face à face, Boris Johnson aurait aussi l’avantage, avec 59 points contre 41.

Dans l’intervalle, les élections européennes, auxquelles le Royaume-Uni participera le 23 mai, promettent de se conclure par un énorme fiasco pour le parti conservateur, crédité de seulement 10 % d’intentions de votes (Source YouGov), très loin derrière le parti du Brexit, avec 34%.

Sur le même sujet

A lire aussi