Les pistes de MiFIDVision pour l’analyse financière

le 28/11/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La plate-forme de Place dévoilera son baromètre début 2019. Elle propose d’évaluer les effets de MIF 2 sur la recherche «fixed income», devises ou marchandises.

plate-forme MiFIDVision, réunion du 27 novembre 2018
La plate-forme de Place MiFIDVision a présenté le 27 novembre 2018 ses constats et propositions sur les impacts de la directive MIF 2.
(Photo Paris Europlace.)

Hier soir, MiFIDVision, plate-forme de Place sur les conséquences de MIF 2, a dévoilé ses propositions. Une urgence face à la dégradation de la couverture des valeurs moyennes cotées à Paris par la recherche. Seuls trois analystes en moyenne suivent les capitalisations inférieures au milliard d’euros, contre cinq auparavant. Et près de 40% des sociétés ne sont suivies par aucun ou un seul analyste. Faute de couverture, près de 40% des sociétés cotées capitalisant moins de 1 milliard d’euros déclarent avoir recours à la recherche sponsorisée. Ce qui soulève des interrogations sur l’indépendance de cette analyse.

Sur dix-huit sociétés de gestion (SGP), gérant un total de 1.500 milliards d’euros, deux n’ont pas appliqué MIF 2 recherche à la gestion collective, selon l’enquête MiFIDVision réalisée par l’Association française de la gestion financière (AFG). Avec MIF 2, les budgets recherche des SGP vont globalement baisser, l’activité interne d’analyse va croître, tandis que l’externe va baisser, selon cette étude.

Pour l’heure, les informations statistiques sur l’analyse financière (effectifs, chiffre d’affaires…) sont insuffisantes. 25 sociétés, dont 11 dites indépendantes, et leurs 232 analystes assureraient l’analyse sell side. Mais aucun recensement n’est réalisé sur l’analyse buy side ou obligataire.

Aussi, MiFIDVision, qui fédère, à l’initiative de la Sfaf, l’AFG, l’Af2i, l’Amafi, le Cliff, Euronext, le Medef et Paris Europlace, avec la participation de l’AMF et du Trésor, propose un baromètre qui soit un référentiel de Place sur l’analyse, la recherche et le corporate access. La première édition est attendue début 2019. En complément, MiFIDVision propose d’assurer une analyse coûts/bénéfices de la réforme, et d’évaluer les conséquences de MIF 2 sur la recherche pour les produits fixed income, devises ou marchandises. Ne faut-il pas sortir le fixed income du périmètre de MiFID ?

MiFIDVision lance aussi d’autres propositions concrètes : revoir la durée de la période d’essai d’un fournisseur de recherche avec un client ; identifier la recherche sponsorisée et faire qu’elle ne soit plus refusée par une société de gestion faute d’être en relation avec son producteur de recherche ; simplifier la facturation de la recherche des sociétés de gestion aux fonds ; préserver une recherche indépendante en incitant les investisseurs à y recourir, par exemple en y consacrant une part de leur budget de recherche ; et introduire la proportionnalité pour les gestions de petite taille.

Sur le même sujet

A lire aussi